5 façons de déclencher l’hormone du bonheur



Manger du chocolat, rire, pratiquer la psychologie positive, sentir une bonne odeur… Il existe de multiples façons de sécréter l’hormone du bonheur. En voici 5 à mettre en œuvre sans tarder pour distiller encore plus de bien-être dans votre vie.

Marcher en pleine nature

C’est bien connu, la pratique du sport permet de libérer des endorphines avant et après l’effort physique. Cette hormone s’avère être un vrai rempart contre le stress, l’anxiété et la dépression. Elle procure de surcroît un sentiment de plaisir et d’euphorie. A l’inverse, lorsque l’on est en petite forme, on a tendance à ruminer et à rester chez soi. Grave erreur ! Pour sécréter l’hormone du bonheur, commencez déjà par marcher au minimum 30 minutes par jour. Le must ? Allez vous promener en pleine nature pendant 2H chaque semaine. Comme l’explique le psychiatre Christophe André dans son livre Et n’oublie pas d’être heureux (Odile Jacob), les spécialistes commencent à parler aujourd’hui de vitamine V pour Vert. Une étude a par exemple démontré que les citadins habitant près d’espaces verts avaient une meilleure santé que ceux qui en étaient privés. Au Japon, les habitants des villes pratiquent déjà des « bains de forêt » thérapeutiques, qui permettent de diminuer la présence de cortisol, la fameuse hormone du stress. A vous de jouer !

Sentir la bonne odeur du linge

Les odeurs ont parfois le pouvoir de nous rappeler les bons souvenirs et de nous procurer une sensation de bonheur. C’est le cas par exemple de l’odeur réconfortante du linge propre, qui stimule la production d’endorphine et contribue ainsi à une sensation de bien-être. Pour nombreux d’entre nous, l’enivrant parfum des adoucissants Soupline est en effet synonyme de nostalgie. Les draps propres qui sèchent au grand air, la serviette toute douce en sortant de la douche… Tous ces petits moments de douceur qui nous rappellent chaque fois le plaisir de se blottir dans des draps frais lavés avec Soupline.

Faire des câlins

L’ocytocine est l’une des autres grandes hormones du bonheur, et elle est notamment sécrétée lorsque l’on fait des câlins à son partenaire, à ses parents… ou même à son animal de compagnie. A la naissance, le bébé a un besoin absolu de contact physique pour pouvoir se développer. Mais au fur et à mesure de la vie, les contacts entre les membres d’une même famille ou d’un couple ont tendance à devenir de plus en plus rares. Or, « lorsque quelqu’un vous touche avec affection, votre corps sécrète de l’ocytocine, surnommée l’hormone de l’attachement. Cela provoque un état de bien-être », explique Céline Rivière, auteure de La câlinothérapie, une prescription pour le bonheur (Michalon). Ne rompez donc jamais le contact, c’est essentiel !

Méditer en pleine conscience

La méditation possède d’innombrables vertus, parmi lesquelles un impact positif sur le système immunitaire, cardiovasculaire et hormonal. Une étude menée par F. Falkenström en 2010 a par exemple permis de démontrer que les participants à une retraite méditative de 12 jours enregistraient des scores de bien-être bien plus élevés qu’un groupe témoin. Actuellement, c’est la méditation de pleine conscience, initiée par Jon Kabat-Zinn, qui fait parler d’elle. De quoi s’agit-il ? “Etre mindful, c’est être conscient. C’est diriger notre attention d’abord vers notre corps, car tout passe par lui. Nos souffrances sont souvent liées à notre relation avec le temps, au fait que nous n’acceptons pas de vivre dans l’instant – mais soit dans le futur, soit dans le passé. Alors on n’est jamais connecté avec nous-même ; corps, cœur, mental ensemble », rapporte Holly Niemela, enseignante en Mindfulness. La méditation de pleine conscience nous permettrait de libérer de la dopamine, sérotonine et des endorphines, trois hormones du bonheur. L’idéal ? Méditer cet été en pleine montagne, pour vous laisser porter par un environnement exceptionnel.

Tenter le yoga du rire

Le rire possède des actions très bénéfiques sur la santé, en permettant un relâchement musculaire, mais aussi sur notre moral. Le rire permet de synthétiser de la sérotonine, l’hormone qui régule notre humeur et lutte contre la dépression, mais aussi des endorphines, qui diminuent l’anxiété et stabilisent notre humeur. Alors, ne ratez pas une occasion de rire avec un ami, un collègue, ou de vous bidonner devant le navet du dimanche soir ! Vous pouvez aussi tenter le yoga du rire. Ce rire « sans raison », non généré par l’humour, auraient d’innombrables vertus sur la respiration, le cœur, l’hypertension… et bien entendu l’humeur. A bon entendeur

Bonheur : 7 conseils très simples pour être plus heureuse

Vidéo par Laetitia Azi



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.