C’est quoi cet imbroglio autour de Juventus-Napoli ? / Serie A / J3 / Juventus-Napoli / SOFOOT.com

[ad_1]

Avec deux joueurs testés positifs au Covid-19 dans les derniers jours, le Napoli, bloqué à Naples par la décision de l’Autorité d’état, n’est pas parti pour Turin. Propblème, la Lega Calcio a maintenu le match et la Juve veut jouer quand même.

On joue, on ne joue pas, on joue peut-être, on joue, on ne joue plus, on joue, on jouera plus tard. Voilà, à peu près, à quoi ressemble depuis 24 heures le choc de la troisième journée de Serie A entre la Juventus et le Napoli, initialement prévu ce dimanche soir à 20h45.

Petit résumé des faits : la semaine dernière, le Napoli a joué contre le Genoa (qui avait déjà annoncé avoir un joueur testé positif au Covid, Mattia Perin, ndlr), avec à la clef un large succès 6-0. Mais le lendemain, on apprend que 14 membres du Genoa viennent d’être testés positifs au Covid-19. Panique chez les Napolitains, tous contraints de passer des tests. Le résultat de la première batterie tombe le mardi 29 septembre : aucun Napolitain n’est positif. Mais en fin de semaine, le vendredi, deuxième salve de résultats : deux membres du club partenopeo sont positifs, dont le joueur Piotr Zielinski. Mais malgré ce cas, la Lega Calcio confirme le maintien du match sous prétexte que « chaque équipe a au moins 13 joueurs valides à disposition.  » Tout en précisant que seule une éventuelle intervention de l’ASL (l’Autorité d’état, les pouvoirs publics, en gros) pourrait changer la donne.

Maman dit non, papa dit oui

Or, hier samedi, nouveaux résultats : Elif Elmas est également positif au Covid-19. Les deux joueurs sont donc mis à l’isolement, et le Napoli continue de s’entraîner en vue du match. Samedi, aux alentours de 18h30, l’équipe confirme son départ pour Turin, et s’apprête à se rendre à l’aéroport. C’est alors que l’ASL intervient, et bloque le départ des joueurs napolitains. Interdiction, pour eux, de quitter la ville, pour ne pas faire éventuellement naître un foyer de contamination. Tous sont donc contraints de rentrer chez eux. Et c’est là que cela devient n’importe quoi. La Juventus, pas d’accord avec cette décision, balance dans la soirée de samedi un communiqué dans lequel elle annonce… que l’équipe turinoise se présentera bien sur la pelouse dimanche soir ! Lunaire.

L’imbroglio devient encore plus total quand l’ASL revient légèrement sur ses propos, en affirmant que les joueurs testés négatifs « n’ont pas l’interdiction formelle de quitter la ville » , mais que ceux qui ont « été en contact avec des cas positifs (toute l’équipe, donc) peuvent se soumettre à un isolement volontaire. » Et dans la foulée, la Lega Calcio confirme que le match, initialement prévu dimanche à 20h45, se tiendra bien à la date et à l’horaire prévus.

Tapis vert, cluster et match reporté

Mais le Napoli n’en démord pas. Il dévoile publiquement un mail que lui a envoyé la Région Campanie, dans lequel on peut lire que « les destinataires de la note de l’ASL sont tenus de ne pas s’éloigner de leur domicile. » Le club considère effectivement que l’ASL lui a interdit de quitter Naples, et que toutes les décisions devraient donc aller dans ce sens. Evidemment, si le match venait à être confirmé, que les Bianconeri se présentaient sur la pelouse et que le Napoli était dans le même temps à la maison, les instances n’auraient d’autres choix que d’entériner un succès 3-0 sur tapis vert du Champion d’Italie. Un scénario totalement aberrant vers lequel on semblait tout droit se diriger, avant l’intervention, ce dimanche matin, de Pietro Lo Monaco, conseiller de la Fédération italienne de football.

Au micro de Radio Kiss Kiss, ce dernier a affirmé : « On se dirige vers un report du match. Juventus-Napoli sera reporté à une date ultérieurre. Les dispositions de l’ASL sont légitimes, et la règle est claire. » En attendant que la décision soit confirmée, le Napoli est toujours à l’isolement et n’a aucune intention de partir pour Turin. D’autant que, comme le souligne la Gazzetta dello Sport, la situation ressemble comme deux gouttes d’eau à celle vécue par le Genoa une semaine plus tôt, à savoir : deux cas positifs avérés, un départ en train pour aller jouer un match, et un cluster qui explose quelques jours plus tard. Il serait effectivement malin de ne pas répéter deux fois le même scénario, encore faudrait-il que tout le monde accorde ses violons.

Par Eric Maggiori



[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.