Cinquième trophée en 2020 pour le Bayern ! / Supercoupe d’Allemagne / Bayern-Dortmund (3-2) / SOFOOT.com


Dans une Allianz Arena complètement vide, le Bayern est venu à bout du Borussia Dortmund au terme d’une Supercoupe d’Allemagne disputée dans des conditions particulières, mais que les 22 acteurs auront réussi à faire oublier en assurant des buts, faute de grand spectacle. C’est le cinquième trophée du Rekordmeister depuis le début de l’année…


Modififié

Bayern 3-2 Borussia Dortmund

Buts : Tolisso (18e), Müller (30e), Kimmich (82e) pour le Bayern // Brandt (39e), Håland (54e) pour le BvB.

Une confrontation royale entre les deux géants d’Allemagne. Un cadre rêvé (l’Allianz Arena). Un bel enjeu, celui d’ajouter un trophée au palmarès du Rekordmeister ou du Borussia. Des sacrés duels à distance sur la pelouse, aussi, comme celui entre Robert Lewandowski et Erling Håland. Sur le papier, ce Klassiker avait, comme souvent, tout pour faire saliver. Mais coronavirus oblige, la confrontation a largement perdu de son charme, ce mercredi soir. Disputée en milieu de semaine et coincée entre deux journées de championnat, sans l’ombre d’un fan bavarois ou rhénan dans les tribunes, la rencontre aurait pu sombrer dans la platitude. Mais même dans ces conditions, le Borussia et le Bayern trouvent toujours un moyen de faire le spectacle. D’enflammer la rencontre, de se livrer à corps perdu pour arracher la victoire. Ce qui fut le cas, à l’avantage du Bayern, qui aggripe son cinquième trophée en 2020. Jamais rassasié.

Le Bayern aux commandes sans forcer

Sans spectateurs, donc, pas simple de mettre la machine en route. Il faut attendre la neuvième minute pour discerner la trace d’une première menace (une tête cadrée de Joshua Kimmich). Après sa déculottée reçue contre Hoffenheim dimanche dernier (1-4), le Bayern semble vouloir procéder avec davantage de prudence. Le BvB en profite pour faire jeu égal au niveau de la possession dans le premier quart d’heure, et se signaler par une incursion de Marco Reus dans la surface, brimé in extremis (17e). Mais sur le corner qui suit, Alphonso Davies souille Thomas Meunier d’un divin petit pont et le Bayern se retrouve à trois contre deux au milieu. En deux temps, Corentin Tolisso fait mouche (1-0, 18e).
Sans se décourager, les Schwarz-Gelben persistent dans leur entreprise de presser haut, quand ils en ont l’occasion, ce qui permet à Reus de toucher la cible – Manuel Neuer, pas les filets (21e). Sauf que le Rekordmeister est serein et va aisément enfoncer le clou sur attaque placée, lorsque le succulent centre de Davies trouve la tête de Thomas Müller au second poteau (2-0, 30e). Et il faut croire que le Borussia n’apprend rien de ses erreurs puisqu’il se retrouve à nouveau à deux contre trois suite à un corner (38e). Heureusement que Kingsley Coman s’emmêle les pinceaux, et heureusement que Julian Brandt se montre autrement plus minutieux dans la foulée : sur une passe approximative de Benjamin Pavard, Reus et Erling Håland épluchent les patates pour préparer celle du blondinet allemand dans les ficelles de Neuer (2-1, 39e).

Le loupé de Delaney

Le Borussia le sent : il a un vrai coup à jouer. Parce que ce Bayern montre des signes de faiblesse, a fortiori depuis l’égalisation. Parce que ce Bayern est focalisé sur un troisième pion, et laisse des espaces monstres au milieu. L’égalisation semble être dans la poche seulement deux minutes après le repos, mais Meunier vendange inexplicablement sa frappe en position rêvée (47e). Pas de panique : l’évidence Håland se charge de lire la notice de la finition à l’ancien Parisien (2-2, 54e). Incroyable mais vrai : le BvB a bien remonté deux buts de retard à l’Allianz Arena, et peut même provoquer une gigantesque déflagration en prenant les devants, mais l’avion Håland se heurte au mur du son Neuer dans un copié-coller de leur précédent duel (59e).
C’en est trop pour les Roten, qui reprennent peu à peu le contrôle. Le danger jaune n’est cependant jamais très loin, tandis que les vagues bavaroises ont grand-peine à venir s’échouer sur la plage de Marwin Hitz. Et c’est encore une défaillance individuelle (un contrôle manqué de Thomas Delaney, passeur décisif sur le second but du BvB), qui va tirer le Bayern d’un mauvais pas : Kimmich n’a plus qu’à ajuster Hitz, en s’y reprenant à deux fois (3-2, 82e). Dortmund a tout tenté, Dortmund a réussi à revenir, Dortmund aurait pu prendre l’avantage, mais à la fin, c’est encore le Bayern qui gagne. Une tendance toujours à la mode en 2020.
Bayern Munich (4-3-3) : Neuer – Pavard, Süle, Hernandez, Davies – Kimmich, Javi Martínez (Musiala, 83e), Tolisso – Coman , Lewandowski, Müller. Entraîneur : Hansi Flick.

Borussia Dortmund (3-4-3) : Hitz – Can, Hummels, Akanji – Meunier, Dahoud, Delaney, Passlack – Brandt, Håland, Reus. Entraîneur : Lucien Favre.

Par Douglas de Graaf





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.