Danilo Pereira, dans les pas de Thiago Motta / France / PSG / SOFOOT.com


Depuis le départ de Thiago Motta en 2018, le Paris Saint-Germain a beaucoup recruté au milieu de terrain. Sauf que le club n’avait toujours pas recruté de véritable numéro 6 comme l’était l’Italien. C’est désormais chose faite avec l’arrivée de Danilo Pereira dans la capitale. Mieux vaut tard que jamais.

C’est bien connu, un transfert dans les dernières heures du mercato ressemble souvent à un panic buy. Et qui dit précipitation, dit rarement réussite. Ce n’est pas Paris, qui a connu notamment les arrivées d’Everton et de Souza lors du dernier jour du mercato hivernal 2008, qui dira le contraire. Pourtant, le club parisien a récidivé en signant pas moins de trois joueurs (sur les cinq recrues de « l’été » ) lors des dernières 24 heures du mercato. Et si Rafinha ressemble plus à un cadeau pour faire plaisir à son copain Neymar, Moise Kean, lui, a tous les critères du panic buy. Ou plutôt du panic loan, l’Italien étant seulement prêté pour une saison.
Ce qui n’est pas du tout le cas de Danilo Pereira. Lui correspond à un transfert réfléchi, bien que réalisé dans les dernières heures. Il faut dire que bizarrement, la montre jouait en faveur du PSG dans ce dossier, le FC Porto étant dans l’obligation de vendre pour équilibrer ses comptes. Résultat, Leonardo a pu gratter l’international portugais pour une bouchée de pain tout en s’assurant que l’indemnité transfert soit présente sur les comptes de l’an prochain, en usant d’un subterfuge déjà utilisé avec Kylian Mbappé. Officiellement, Danilo Pereira est prêté au club de la capitale contre 4 millions d’euros. Un transfert auquel s’ajoute une option d’achat de 16 millions d’euros. Sauf que celle-ci sera transformée en obligation d’achat si le PSG termine… dans les deux premiers du classement en fin de saison. À moins d’un tsunami, Danilo Pereira sera donc définitivement parisien en juin prochain.

Danilo brillant

Sur le papier, l’arrivée de Danilo Pereira est une bénédiction pour Paris, qui tient ENFIN le successeur de Thiago Motta, tant recherché depuis 2018. Alors non, le Portugais n’est pas aussi soyeux que l’ancien de l’Inter et n’a pas la même qualité de passe, même s’il n’est pas maladroit avec ses pieds. En revanche, comme Thiago Motta, le sosie de Saitama dans One Punch-Man est une sentinelle. Une vraie, qui va permettre à Thomas Tuchel de ne plus utiliser Marquinhos à ce poste comme il l’a fait en Ligue des champions durant toute la saison dernière. Et laisser ainsi le Brésilien à son poste de prédilection : défenseur central.

Et comme tout numéro 6 qui se respecte, Danilo Pereira sait gratter des ballons. Il sait aussi effectuer une première relance proprement. Mais aussi mettre quelques coups d’épaule. Il faut dire que l’ancien capitaine de Porto est un beau bébé de 188 centimètres. Un poids lourd pour le milieu parisien composé principalement de poids plume avec Marco Verratti (1,65 m), Idrissa Gueye (1,74 m) ou encore Ander Herrera et Julian Draxler qui dépassent les 180 centimètres, mais s’envolent à la moindre rafale de vent. Ajoutez à cela que Danilo possède une belle expérience européenne (42 matchs) et internationale (39 sélections dont un titre de champion d’Europe en 2016 et de champion des Nations en 2019) et vous comprendrez bien qu’il est le chaînon qu’il manquait à Paris.

Un esprit sain dans un corps fragile

D’ailleurs, ce chaînon, Paris avait déjà tenté de le recruter en 2017 sous l’impulsion d’Antero Henrique, avant de changer d’avis en voyant les dirigeants du FC Porto indiquer la clause libératoire de 70 millions d’euros. Heureusement pour le PSG, les soldes ont duré un peu plus longtemps cette année au Portugal. Mais si Danilo a perdu de sa cote sur le marché, ce n’est pas seulement en raison de son âge (29 ans) et de la situation financière des Dragões. Non, le prix décroissant du natif de Bissau – comme l’immense Éder – s’explique aussi par ses nombreuses visites à l’infirmerie ces dernières années.
Cela a débuté par une blessure au mollet en 2018, avant une rupture du tendon d’Achille qui l’a obligé à déclarer forfait pour le Mondial en Russie. Puis, il a enchaîné les galères à la cheville et au genou. Au total, ce sont 265 jours passés à l’infirmerie sur les trois dernières années. Loin, très loin des chiffres de Yoann Gourcuff, certes, mais cela reste conséquent. L’avantage, c’est que Danilo pourra reposer son corps, puisque le PSG n’aura besoin de lui que pour les matchs de Ligue des champions. Le reste du temps, Thomas Tuchel préférant opter pour une tactique en 4-2-3-1 ou 4-2-4 sans véritable sentinelle. À moins qu’il décide de faire reculer Danilo Pereira en défense centrale comme il a pu y dépanner quelques fois. Et ainsi continuer de mettre Marquinhos en numéro 6 en C1.

Par Steven Oliveira





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.