Paris, rien de nouveau sous le soleil / C1 / PSG-Manchester United (1-2) / SOFOOT.com


En s’inclinant face à Manchester United au Parc des Princes en ouverture de la Ligue des Champions (2-1), le Paris Saint-Germain a mis fin à une série d’invincibilité longue de 16 ans à domicile. Pourtant, il n’y a rien de vraiment surprenant dans cette défaite et dans le manque de tactique des hommes de Thomas Tuchel.

Accoudé à la machine à café, Enzo votre collègue qui ne regarde le football que lorsque la France est en demi-finale de Coupe du monde est catégorique : « C’est quand même une énorme surprise cette défaite du PSG. Celle-ci, je ne l’ai pas vu venir » . Et si les analyses footballistiques de celui qui ne peut pas citer trois joueurs de Manchester United sont parfois douteuses, il n’en reste pas moins qu’il est difficile de lui donner tort. Cela faisait tout de même 16 ans et une défaite face au CSKA Moscou (1-3) que le Paris Saint-Germain n’avait plus perdu au Parc des Princes en phase de groupes de Ligue des Champions. Une époque où le club de la capitale avait José-Karl Pierre-Fanfan comme capitaine, Stéphane Pichot comme latéral droit et Fabrice Pancrate et Charles-Édouard Coridon en attaque. Pourtant, il n’y a finalement rien de surprenant à cette défaite du PSG tant tous les maux parisiens visibles ce mardi soir étaient connus de tous. Et cette fois-ci, il n’y a pas eu un coup de génie de Neymar ou une accélération de Mbappé pour les cacher.

Surpris ? Vraiment ?

Finalement, quels sont les enseignements à tirer de cette défaite du Paris Saint-Germain ? Que Keylor Navas est l’un des meilleurs gardiens du monde comme il l’a prouvé en repoussant une première fois le penalty de Bruno Fernandes et en enchaînant les parades. Que le côté gauche de la défense parisienne est problématique depuis la blessure de Juan Bernat. Qu’Abdou Diallo n’est pas Marquinhos. Que c’est difficile de produire du jeu avec Ander Herrera et Idrissa Gueye au milieu de terrain. Que Paris n’arrive pas à faire le jeu quand Marco Verratti est absent, se contentant de passer le cuir à Neymar en attendant un éclair de génie. Que Kylian Mbappé n’est pas fait pour jouer attaquant de pointe, ce qu’il a prouvé en étant bien plus dangereux durant le second acte après l’entrée en jeu de Moise Kean à la pause. Que l’effectif du PSG n’est pas très fourni quantitativement. Autant d’enseignements que toute personne qui a vu une rencontre du Paris Saint-Germain sur les 12 derniers mois connaissait déjà.

Quid de l’avenir de Thomas Tuchel ?

Comme souvent après chaque mauvaise prestation, les yeux vont se tourner vers le coach Thomas Tuchel. Et si le manque de profondeur dans l’effectif n’est pas de son fait, les autres maux peuvent tous lui être plus ou moins imputés. Caché dans sa doudoune, l’entraîneur allemand ne semblait pas vraiment capable de trouver un schéma pour contrecarrer les plans des Mancuniens, se contentant de faire entrer les joueurs offensifs un à un. Et ce, même si le PSG souffrait déjà beaucoup des contre-attaques des coéquipiers de Bruno Fernandes, en mode quarterback pour ses receveurs Martial et Rashford. Sur la sellette depuis plusieurs mois, Thomas Tuchel – dont le contrat s’achève à la fin de la saison – avait gagné du sursis en atteignant la finale de la dernière Ligue des Champions. Un crédit qu’il pourrait très vite perdre. D’autant plus après ses déclarations sur le recrutement qui n’ont pas vraiment plu à Leonardo.

S’il a manqué de tactique et de réaction, l’ancien coach de Dortmund a visiblement manqué aussi de discernement en se voilant la face au micro de RMC Sport après le coup de sifflet final : « C’est une surprise, parce qu’on s’est bien préparés et on a fait de bons matchs avant. Ce sont les mêmes joueurs qui ont bien joué pendant les derniers matchs. Ce n’était pas un match à notre niveau, pas du tout. Ce n’était pas nous, clairement » Ou comment se cacher derrière son petit doigt. À moins que par « nous » Thomas Tuchel parle de Neymar et de Di María qui, effectivement, n’ont pas été à leur niveau habituel. Celui qui permet de gommer tous les défauts de manière plus efficace que Photoshop.

Par Steven Oliveira





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.