Rúben Dias, l’avenir c’est maintenant / Ligue des nations A / Gr.3 / France-Portugal / SOFOOT.com


Recruté lors du dernier mercato par Manchester City contre 68 millions d’euros, Rúben Dias a quitté son cocon du Benfica Lisbonne pour rejoindre un club de son envergure. Car oui, le défenseur de 23 ans a tout pour devenir une référence à son poste. Ce qui est déjà le cas en sélection du Portugal, où il est très vite devenu indéboulonnable.

Rui Costa n’est pas un homme qui a la larme facile. Si ce n’est lorsque Marc Batta lui adresse un second carton jaune pour être sorti trop tôt du terrain. Pourtant, c’est les yeux tout humides que le directeur sportif du Benfica assiste au discours de son président Luís Filipe Vieira dans le vestiaire de l’Estádio da Luz après la victoire du SLB face à Moreirense (2-0). La raison de cette tristesse se trouve à quelques mètres de lui et se nomme Rúben Dias, qui jouait son dernier match – au cours duquel il a ouvert le score, brassard de capitaine autour du biceps – au Benfica Lisbonne avant de s’envoler à Manchester City, les Citizens n’ayant pas hésité à lâcher 68 millions d’euros pour l’enrôler. De quoi donner quelques regrets à l’Olympique lyonnais qui a raté le coche deux ans plus tôt…

Ruben le mâle alpha

Que Rui Costa se rassure, il n’est pas le seul supporter du Benfica Lisbonne à avoir versé sa larmichette au moment du départ de Rúben Dias, même si celui-ci était inéluctable tant le club était devenu trop petit pour son talent. Pour comprendre cette tristesse, il faut remonter en 2008, lorsque le petit Rúben quitte son Estrela da Amadora pour rejoindre le centre de formation du SLB. Rúben Dos Santos Gato Alves Dias de son nom complet n’a alors que 11 ans, mais a déjà un plan de carrière en tête, comme l’explique son ancien entraîneur au Benfica B, Hélder : « Depuis l’âge de 11 ans, il s’est préparé à atteindre le plus haut niveau du football. Il y a des anciennes vidéos de Benfica TV où Rúben est tout jeune et explique que son objectif est d’atteindre d’abord l’équipe principale du Benfica, puis de faire une carrière internationale. Nous sommes confrontés à un joueur qui s’est préparé dès son plus jeune âge à réaliser ce qu’il a finalement réussi à réaliser. » Or, le gamin s’est donné les moyens de réussir ce plan. Quand certains de ses coéquipiers arrivaient à l’entraînement avec le sourire, le nouveau joujou de Pep Guardiola, lui, débarquait avec son visage fermé, prêt à bosser.
Travailleur acharné, talentueux et déterminé, Rúben Dias survole les débats chez les jeunes au Benfica – avec notamment une finale perdue de Youth League – comme en sélection, où il est capitaine et membre de l’équipe type de l’Euro U19 2016. Mais, plus que par ses qualités défensives, c’est par son leadership que l’international portugais impressionne. « Rúben a toujours été un leader depuis tout jeune, confie l’ancien défenseur du PSG. J’ai eu très vite une conversation avec lui au sujet de son leadership pour qu’il soit plus sectoriel. Il a tellement une âme de leader qu’il voulait communiquer même avec les attaquants et dépensait beaucoup en concentration. Je lui ai alors dit de commencer par contrôler surtout sa défense pour être encore plus fort dans sa performance. » Ancien joueur du Sporting B, Bilel Aouacheria se rappelle les derbys face à la réserve du Benfica : « Je me rappelle sa personnalité bien affirmée. Il était capitaine, et on sentait qu’il était le vrai patron de la défense. Je l’ai affronté de nouveau plus tard chez les pros, et il avait la même attitude de leader. »

Le Dias de pique

Passage quasi obligatoire de chaque jeune du SLB, le Benfica B – qui joue en deuxième division portugaise – permet aux futurs cracks de se former. Et de travailler sur leurs points faibles afin de tout casser à l’échelon supérieur. Rúben Dias n’a donc pas échappé à la règle entre ses 18 et ses 20 ans. Hélder se focalise alors surtout sur deux axes : la passe courte – « Un défenseur central ne peut pas rater ses passes. Et dans une équipe qui domine et qui joue offensivement, la première relance courte du central est primordiale » – et la polyvalence – « Je le faisais jouer axe gauche pour qu’il travaille les deux pieds » . Une bonne idée puisqu’à Manchester City, Rúben Dias aura quelques passes à réaliser durant une rencontre, tandis qu’il évolue axe gauche dans la défense du Portugal, l’axe droit étant réservé à Pepe.
Une fois les deux points acquis, Hélder peut alors laisser son poulain s’envoler avec les pros et valider sa prophétie : « Dans une interview à Benfica TV, j’avais désigné Rúben comme le futur capitaine du Benfica. Je n’avais aucun doute quant à sa réussite. » À l’étage supérieur, celui qui a été élu meilleur espoir de Liga NOS pour sa première saison ne va pas beaucoup trembler, enchaînant les bonnes performances. « C’est l’un des meilleurs défenseurs que j’ai affrontés avec Pepe, pose l’attaquant de Moreirense. Il est très fort physiquement, il est grand, costaud. Quand tu l’as en un contre un il faut être solide. Il est rugueux, jamais dans l’agressivité comme certains, mais dans le duel il te fait sentir qu’il est là et que ça va être compliqué pour toi. »

Le présent et l’avenir du Portugal

Prophète dans son club du Benfica, Rúben Dias l’est devenu en sélection où il est désormais déjà indéboulonnable. Et après avoir passé un Mondial 2018 sur le banc des remplaçants – ne jouant pas la moindre minute –, le vainqueur de la Ligue des nations compte bien être à présent sur le rectangle vert lors des prochaines compétitions. Là-dessus, Rúben Dias est tranquille. Il faut dire que la concurrence en défense centrale est très légère au Portugal. Preuve en est avec la titularisation de Pepe malgré ses 37 ans et la présence dans le groupe de José Fonte (36 ans). La question n’est donc pas de savoir si Rúben Dias est l’avenir de la Selecção, mais bien de savoir qui, à l’avenir, sera son compère de défense. Et si Ruben Semedo a manqué sa chance en réalisant une pauvre performance face à l’Espagne lors du dernier amical (0-0), son ancien camarade du SLB, Ferro, pourrait bien être le lauréat. En attendant, Rúben Dias a une revanche à prendre sur Kylian Mbappé qui, lors de l’Euro U19 2019, avait claqué un doublé en demi-finales pour offrir la qualification à l’équipe de France (3-1). Et si l’attaquant du PSG a bien grandi depuis cette rencontre, il va vite se rendre compte que le défenseur portugais aussi.

Par Steven Oliveira
Propos de Hélder et de Bilel Aouacheria recueillis par SO.





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.