Top 10 : Ils auraient dû faire leurs valises pendant ce mercato


Des transferts improbables, des prêts à la pelle, des panics buy, des faxs et quelques gros coups : la dernière journée de ce mercato 2020 est, comme à son habitude, partie dans tous les sens. Mais certains joueurs, qui auraient pu prétendre à un départ, n’ont pas fait partie des emplettes. On fait le point sur ceux qui auraient vraiment dû lever l’encre.

Saïd Benrahma

25 ans, Brentford

L’attaquant algérien doit être tout en haut de cette liste. Le voir, au lendemain du D-Day, encore sous les couleurs des Bees est une anomalie. Véritable sensation de Championship l’an dernier (17 buts, 9 passes décisives), Benrahma aurait pu prétendre, sans trop sourciller, à un top club européen. Au lieu de ça, il devrait passer une saison de plus dans l’anonymat relatif de la très dure deuxième division anglaise. Un championnat tunnel avec près de 50 matchs : rien ne dit que l’Algérien puisse claquer un exercice aussi brillant que le précédent. Et encore moins qu’il puisse parvenir à monter en Premier League à l’issue de celui-ci. Attention, toutefois, les transferts entre les clubs de Premier League et ceux des divisions inférieures restent ouverts jusqu’au 16 octobre. Pour les autres pays, rideau.

Olivier Giroud

34 ans, Chelsea

Cette fois, on atteint la saison de trop avec les Blues. Barré l’an dernier par Tammy Abraham et Michy Batshuayi, Oliv’ était parvenu à se faire une place – avec réussite – dans le onze de Lampard en fin de saison. Le Belge est certes parti, mais Giroud a vu arriver un concurrent bien plus important : Timo Werner. Même si les deux joueurs n’ont pas exactement le même profil, c’est quand même un gros caillou dans la chaussure du Français, qui revenait en verve. Preuve en est, sur les quatre premières rencontres de la saison, Giroud n’a joué que dix-sept minutes. Avec l’Euro en vue l’été prochain, et même s’il semble avoir l’immunité auprès de Deschamps, sa saison pourrait s’arrêter plus vite que celle des autres Bleus. Un transfert semblait impératif.

Rodrigo de Paul

26 ans, Udinese

Là aussi, l’incompréhension est totale de voir l’Argentin rempiler pour une saison à Udine. Milieu relayeur ou offensif, avec une jolie feuille de stats (sept buts, six passes décisives) et surtout une capacité folle à trouver des passes verticales, De Paul a tout pour voir très haut. Après quatre années passées à l’Udinese, c’était le moment parfait pour partir et retrouver enfin la Ligue des Champions qu’il n’a connue qu’à deux reprises (avec Valence, 2015/2016). Ça ne sera pas pour cette année, et c’est bien dommage. Surtout pour jouer le ventre mou, voire plus bas, avec l’Udinese.

Emiliano Buendìa

23 ans, Norwich

Malgré la dernière place des Canaries en Premier League la saison passée, plusieurs joueurs ont surnagé et ont prouvé que leur place n’était plus à Carrow Road. Buendìa est l’un de ceux-là. L’ailier a montré son élégance balle au pied, et doit passer un cap pour aller chercher sa première sélection avec l’Argentine. Difficile de croire qu’une saison, aussi bonne soit-elle, en Championship lui ouvre les portes de l’Albiceleste, alors qu’il en a les capacités. Il était notamment pisté par Arsenal ou Fenerbahçe. Et à la prochaine ouverture du mercato, ses bonnes performances en Premier League auront pris un peu de poussière. C’est un rendez-vous manqué, sans garantie que les prochains soient aussi prestigieux.

Julian Draxler

27 ans, Paris Saint-Germain

La question de son départ se pose depuis plusieurs mois, elle aurait dû être réglée cette année. Le mariage avec le PSG n’a jamais pris, il n’apporte plus rien à Paris et le club ne le fait pas progresser. Même s’il se sent à l’aise avec la vie parisienne, Draxler est avant tout un joueur de football, autrefois présenté comme la future star allemande. Pour lui, la concurrence est trop difficile à assumer dans la capitale, et son temps de jeu s’annonce famélique dans les matchs clés. À une saison de l’Euro, un transfert aurait relancé l’ailier. Mais avec d’autres idées en tête, il n’a rien fait pour s’extirper du bourbier parisien qu’il quittera probablement libre la saison prochaine. Bad deal pour tout le monde.

Ismaïla Sarr

22 ans, Watford

Le souvenir de ses chevauchées folles en Ligue 1 avec Metz, Rennes et même Watford en fin de saison ne sont pas compatibles avec son désormais statut de joueur de deuxième division anglaise. C’est pourtant ce qu’il va advenir de l’international sénégalais, au moins une saison durant. Avec son style de jeu, l’âpreté de la Championship ne semble absolument pas lui convenir : même s’il a certainement essayé d’aller voir ailleurs, et que les Hornets se sont montrés inflexibles (notamment avec Manchester United en fin de mercato), ce non-départ ressemble à un gros coup de frein pour sa carrière. Et ça, ça nous fout le moral en berne.

Max Aarons

20 ans, Norwich

C’était lui ou Sergiño Dest : le Barça a finalement choisi l’Américain pour incarner son futur au poste de latéral droit. Pourtant, Aarons avait tout du bon coup à faire sur ce mercato contre une quinzaine de millions d’euros. Le jeune joueur des Canaries, performant l’an passé, est un international en puissance à un poste pas toujours bien pourvu dans le foot européen de haut-niveau (hormis en Angleterre, il est vrai). La porte barcelonaise s’est refermée, et oblige le joueur à retourner à l’étage inférieur. Là encore, attention à ne pas tomber aux oubliettes.

Boubakary Soumaré

21 ans, Lille

Au coup d’envoi du mercato lillois, il était l’un des premiers cités pour un départ du LOSC. Plusieurs semaines plus tard, Soumaré est toujours dans le Nord, et y restera encore quelques mois. Sous-utilisé par Christophe Galtier qui lui préfère Benjamin André et Renato Sanches, le milieu formé au PSG mériterait un autre statut. Même si la saison de Lille sera chargée avec la Ligue Europa, et qu’il aura du temps de jeu, « Bouba » Soumaré est un talent qui ne peut se contenter de jouer les matchs de complément comme il le fait depuis quelques mois. Plusieurs écuries (Naples, Valence) étaient sur le coup, mais le milieu veut s’imposer chez les Dogues. À lui de montrer que ce non-départ va définitivement lancer sa carrière, mais il donne l’impression de stagner.

Thomas Lemar

24 ans, Atlético Madrid

Le quotidien de Lemar chez les Colchoneros est un calvaire depuis un peu plus d’un an : il passe son temps à cirer le banc, et se fait tancer de temps à autre par Diego Simeone en conférence de presse. On est en droit d’espérer mieux pour un champion du monde. Mais visiblement, sauf retournement improbable de situation avec l’Atlético, l’ancien Monégasque va vivre une nouvelle saison galère. Là encore, comme pour beaucoup de joueurs dans ce top, c’est un deal perdant/perdant avec son club : les Espagnols s’assoient sur une petite somme d’argent, et le joueur, lui, enterre certainement tout espoir de faire partie de la bande à Deschamps en juin prochain.

Ousmane Dembélé

23 ans, Barcelone

Quand on évoque l’ancien Rennais ces derniers temps, c’est davantage pour savoir de quel obscur échange il va faire partie plutôt que pour ses performances sportives. Il est devenu le joueur qu’il faut refourguer à tout prix. Un coup pour Neymar, un coup pour Memphis. À croire que Dembélé n’est plus qu’une monnaie d’échange. Et c’est à peu près ce qu’il est devenu chez les Blaugrana. Sauf qu’il est avant tout un formidable joueur qui n’aurait jamais dû aller en Catalogne. Il fallait partir, trouver un nouvel environnement, loin des retards et des blessures à répétition dont il n’était pas coutumier à Dortmund. Et finir par, enfin, retrouver le groupe France. Mais « Ous » s’est obstiné à rester en Catalogne. Tant pis. Crochet, crochet, sa carrière est à l’arrêt.

Par Arthur Stroebele





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.