Villy-le-Peloux, l’art de la tonte / Amateurs / Vrai Foot Day / SOFOOT.com


Villy-le-Peloux, petite commune de Haute-Savoie, son millier d’habitants et ses cohortes d’écureuils. Mais aussi une équipe de football qui ne tarit pas d’éloges sur sa tondeuse à gazon, un modèle Big Mow. Un incontournable qui a inspiré le projet du FC Villy-le-Peloux pour la deuxième édition du Vrai Foot Day.

« Pendant le confinement, elle n’était pas là, on a vite senti que l’état du terrain se dégradait. Elle n’est revenue que tardivement, ce qui nous a obligé à reprendre l’entraînement plus tard que les autres équipes de notre championnat, le terrain était impraticable. » Joueur du FC Villy-le-Peloux depuis plus d’un an, Julien Bonet est admiratif de Big Mow, la tondeuse de son club. « La mairie, pour nous soutenir, paie la location à un paysagiste local… Il faut dire qu’avant, l’employé municipal qui était censé s’occuper du terrain, il faisait un peu à sa sauce » , explique William Terrier, aucun lien de parenté avec Martin. Lui est là depuis cinq ans, et il a vu la différence entre l’avant et l’après Big Mow, transférée il y a trois ans. « Avec l’employé municipal, pour le dire gentiment, la tonte était inégale selon les endroits du terrain. Là avec Big Mow, c’est un autre niveau. »

Coin cuisine, écureuil empaillé et billard

Big Mow – tout simplement comme le nom du modèle, écrit en gros sur l’appareil – permet à la bonne vingtaine de joueurs du club de fanfaronner devant les équipes adverses. « Il faut bien saisir que quand on arrive chez nous, c’est super isolé. On doit passer un chemin avec plein de trous, ensuite on passe devant le tri des déchets, ensuite il y a de vieux algecos… » William Terrier dresse un tableau peu reluisant, mais qui a quelques charmes. « Le seul truc joli, c’est le petit chalet qui nous sert de club house. Il y a un coin cuisine avec four et un écureuil empaillé. Il y a donc tous les éléments pour s’attendre à un terrain bien pourri. » Sauf que Big Mow s’active tous les soirs sur les coups de 22h pour soigner le rectangle vert. « Récemment, les adversaires sont arrivés et ont dit que notre pelouse, c’était un billard. On était fiers, c’est certain que notre pelouse est surclassée par rapport au reste du club. »

Enlarge your mowing

Dans ce décor bucolique qui sent bon le football du dimanche et sa légèreté, quelques dangers malgré tout. « Des jeunes ont pété une fenêtre et sont venus vider les bouteilles du bar… » explique William. Quand Julien pointe lui les risques autour de Big Mow : « Vu que le terrain n’est pas parfaitement plat, parfois elle reste bloquée et on la retrouve le matin. Ou alors elle se prend dans les filets des buts s’ils n’ont pas été rangés, un peu comme un dauphin qui se prendrait dans un filet de pêche. » Mais heureusement, la machine a son protecteur, le président du club Valentin Durand. « C’est lui qui, à chaque fois, la ramène à sa borne de rechargement, elle nous est tellement utile qu’il en est venu pour plaisanter à nous dire que c’était sa maîtresse. En même temps, il est très tactile avec cette tondeuse, il se vante de connaître tous les boutons. » De cette relation fusionnelle entre le président et la tondeuse est né un délire collectif qui se retrouve souvent sur les discussions WhatsApp de l’équipe. « Valentin nous a assuré que sa femme était au courant et qu’elle acceptait sa relation avec Big Mow, donc tout va bien » , rassure William.

Big Mow est morte, longue vie à Big Mow

Pour Julien, Valentin, c’est un peu un président à la Louis Nicollin finalement. « Je suis sûr qu’avant de nous quitter, il entretenait aussi une relation d’amour avec ses camions-poubelles. Une petite claque à l’arrière du camion de temps à autre… » La personnalisation de Big Mow ne dépassera sûrement jamais les frontières de Villy-le-Peloux, mais ce n’est pas grave selon William. « J’ai contacté d’autres clubs du coin qui ont le même modèle de tondeuse, mais visiblement ils s’en tapent complètement de notre délire. Cela montre que notre équipe n’a pas besoin de grand-chose pour rire, que l’on se retrouve surtout pour ça en fait. » Big Mow est donc un prétexte, qui offre des idées pour encore plus de déconne. Julien : « Pour le Vrai Foot Day, on va commenter le match en Live sur Youtube et on fera un talk show inspiré de L’After, cela s’appellera le Big Mow Show. C’est un hommage à la tondeuse, même si on n’est pas certains qu’elle n’a pas déjà été remplacée une ou deux fois. Après tout, c’est une location gérée par la mairie, celle que le président pensait si bien connaître n’est peut-être déjà plus là. Tant pis, on prend les Big Mow les unes après les autres… » Ce n’est pas le président qui le contredira.

Nicolas Jucha
Propos recueillis par Nicolas Jucha





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.