À Bricorama, cette scène rappelle les difficultés du quotidien quand on a un handicap


DISCRIMINATION – C’est dans un magasin Bricorama d’Orléans que les faits se sont déroulés ce jeudi 21 octobre. Kamel, atteint de sclérose en plaques, n’a pu être prioritaire dans la file d’attente de la caisse et aurait mal été reçu par l’hôtesse de caisse, selon le témoignage de sa fille.

Malgré la présentation de sa carte handicap “mobilité inclusion”, l’homme âgé de 54 ans n’aurait pas été pris au sérieux et a donc dû attendre péniblement son tour bien que sa fille ait demandé si une caisse prioritaire était à disposition. “Là ça va être compliqué car il y a beaucoup de monde. Tout le monde aimerait passer devant”, aurait répondu l’hôtesse de caisse.

Sa fille, Sarah montre alors la carte d’invalidité de son père qui sert également de coupe-file, mais l’employée aurait refusé de les laisser passer et leur aurait manqué de respect, affirme Sarah, qui très vite se met à filmer la scène et la partage dans un tweet depuis largement relayé.

“En me mettant à filmer, les gens ont vu que c’était grave. J’étais outrée, on ne parle pas d’un caprice, on parle d’une carte. C’est la première fois qu’on lui manque de respect”, affirme la jeune femme, contactée par le Huffpost. Face à la situation, 6 personnes ont laissé passer Sarah et son père. 

Pendant 10 minutes Kamel et Sarah attendent, la tension et la colère montent jusqu’à ce qu’une autre employée du magasin de bricolage s’occupe d’eux. “Mon père a retenu ses larmes, il était en colère”, confie Sarah.

Contacté par Le HuffPost jeudi 22 octobre, le groupe Mousquetaires, auquel appartient Bricorama, a réagi à cet incident en expliquant que “le magasin présente toutes ses excuses pour la situation rencontrée par les clients”.

Néanmoins, la représentante que nous avons eu au téléphone estime que “la situation présentée dans la vidéo ne montre pas qu’il y a eu attente de la part du client ni le refus de son accès en caisse. Cela ne reflète pas le travail fait au quotidien par les équipes”, poursuit-elle. 

Elle assure qu’il y a une caisse prioritaire à l’accueil du magasin et qu’un point va être organisé avec les équipes du Bricorama d’Orléans.  

Un handicap invisible

Kamel est atteint de sclérose en plaques, une maladie qui l’handicape mais ne se voit pas toujours. L’homme âgé de 54 ans reste enfermé chez lui et “n’ose pas sortir sa carte d’invalidité dans les magasins car les gens le regardent mal”, affirme Sarah, sa fille. 

“Parfois il porte une canne, car il a un handicap invisible. Aujourd’hui il n’en avait pas car il s’appuyait à l’aide du chariot”, explique-t-elle. 

À voir également sur Le HuffPost: Des mères d’enfants handicapés en haut d’une grue pour réclamer des auxiliaires de vie

 





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.