À Marseille, Benoît Payan élu dans une ambiance agitée


POLITIQUE – Un discours aux accents maritimes. La mer, l’immigration, une évocation de Jul même…Pour sa première prise de parole, le fraîchement nommé maire de Marseille, Benoît Payan n’a pas hésité à emprunter les tonalités de celle qui parlait exactement à sa place, cinq mois et demi plus tôt.

Le premier adjoint socialiste de la maire démissionnaire écologiste, Michèle Rubirola, a été élu à la majorité absolue requise, ce lundi 21 septembre, dans la matinée, lors d’un conseil municipal de la ville. La femme et médecin de 64 ans avait invoqué des raisons de santé.

Déni de démocratie et “bruit de bottes”

“Rassembler les Marseillais et dessiner une ville plus durable”Le nouveau maire veut se fondre derrière celle que les électeurs ont élu et prône l’unité dans son discours. Mais c’est dans un hémicycle agité qu’il a raflé l’écharpe quelques minutes plus tôt.

Du doyen, Guy Tessier qui présidait la séance et qui a fustigé un “déni de démocratie”, au tapage du Printemps Marseillais qui a étouffé les prises de paroles des conseillers de droite dont la plupart ont quitté la salle avant le vote, Benoît Payan va devoir régner sur un conseil municipal fortement divisé et en crise de confiance.

Des petites exclamations telles que “Comme à Moscou!” ou encore “Le bruit des bottes!”, venues des LR et de RN sont ainsi venues ponctuer le tout de ce que certains désignent comme un “tour de passe-passe” politique.

À voir également sur Le HuffPost: Michèle Rubirola promet “la fin du clientélisme et du népotisme” à Marseille



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.