À Toulouse, trois effondrements de bâtiments en deux jours


CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Les pompiers sont intervenus rue du FourBastard, rue du Fourbastard, pour l’effondrement d’un toit, puis Rue Joly, plus tard dans la nuit

LOGEMENTS – Les pompiers de Haute-Garonne ont enchaîné les interventions. Dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 décembre, les équipes spécialisées en sauvetage et déblaiements du Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) de Haute-Garonne sont intervenus suite à l’effondrement de deux bâtiments situés dans le centre de Toulouse. Un peu plus tôt lundi, ils avaient fait face à l’écroulement d’un toit situé au 4e étage d’un immeuble, a révélé le journal La Dépêche du Midi

Tout d’abord, à 21h, une douzaine de pompiers ont été envoyés dans la rue du Fourbastard pour l’effondrement d’une terrasse qui se trouvait au dernier étage d’un bâtiment qui en compte 4, d’après La Dépêche du Midi. En travaux, le logement n’était pas occupé. Le centre opérationnel a donc sécurisé l’appartement en installant des étais et des bâches. De son côté, la Mairie de Toulouse va envoyer un spécialiste en risques de bâtiments, toujours selon le journal local. 

Effondrement d’un mur commun 

Seconde intervention de la nuit: à 3h du matin, les équipes spécialisées sont intervenues rue Joly, après l’effondrement partiel d’un mur commun entre deux maisons. L’accident serait “probablement dû à des infiltrations d’eau”, a expliqué à La Dépêche du Midi le CODIS de Haute-Garonne. Les pompiers ont dégagé 3 mètres cubes de débris qui étaient tombés sur le plancher du premier étage de la bâtisse. Les trois foyers concernés par cet effondrement n’ont toutefois pas été relogés et ont pu terminer leurs nuits chez eux. 

Ces deux accidents sont survenus après l’effondrement d’un toit place de la Daurade, un peu plus tôt lundi. Aucune victime n’a été à déplorer mais deux personnes ont été relogées. “Ce problème est probablement lié à une infiltration, a indiqué à La Dépêche du Midi un sapeur-pompier. Par souci de prudence, nous avons vérifié l’état de la toiture refaite il y a peu et qui semble en bon état.”

En France, il existe plusieurs précédents récents en matière d’effondrements d’immeubles. En février dernier, les pompiers sont notamment intervenus rue Hippolyte Taine, à Charleville-Mézières, en région Grand Est, à cause d’un immeuble de 3 étages qui menaçait de s’effondrer. En avril dernier à Reims, deux étages d’un vieil immeuble se sont effondrés en partie rue du Jard. Des incidents qui rappellent le drame de 2018, rue d’Aubagne à Marseille, lorsque deux immeubles s’étaient écroulés, provoquant la mort de 8 personnes.  

À voir également sur le HuffPost: Elle raconte le confinement à 6 personnes, dans un 30m2 insalubre à Paris



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.