Après la victoire de Joe Biden, le RN peine à cacher son amertume


BERTRAND GUAY via Getty Images

Le numéro 2 du RN Jordan Bardella photographié au siège de Nanterre en janvier 2020 (illustration)

POLITIQUE – La désillusion est forte au Rassemblement national. Alors que la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine a été actée samedi 7 novembre outre-Atlantique, c’est l’amertume qui domine au sein du parti d’extrême droite, qui oscille entre scepticisme sur la réalité des résultats et critiques virulentes envers les médias.  

Une exception notable: Marine Le Pen. Elle qui avait été la première à saluer la victoire de Donald Trump en 2016, avant même que les résultats ne soient définitifs, n’a toujours pas communiqué. “Trump semble avoir perdu, mais les conditions douteuses de l’élection et le parti pris médiatique pour Biden font que ce dernier n’a pas gagné ! Et la question demeure : Biden élu, va-t-il seulement être en capacité de savoir si c’est lui, sa femme, ou son fils qui sera président ?”, a taclé sur Twitter l’eurodéputé RN Gilbert Collard, qui n’a pourtant que 6 ans d’écart avec le 46e président américain. 

Son collègue Jérôme Rivière, qui avait fait le déplacement avec d’autres élus RN pour suivre les derniers jours de la campagne de Donald Trump, est tout aussi amer. “Fascinant ces médias qui ‘annoncent’ la victoire de Biden alors qu’il y a de multiples recours sérieux. Les mêmes refusaient d’annoncer la victoire de Bush en raison du recours d’Al Gore en Floride. Jusqu’au bout le déshonneur des médias qui font campagne contre Trump”, a tweeté l’eurodéputé (un message partagé par Louis Aliot, maire RN de Perpignan), qui a ensuite publié une carte prévoyant (à tort) la victoire du candidat démocrate en 2000.

Or, au delà du fait qu’à la différence du duel Bush/Al Gore tout se jouait sur le seul Etat de Floride (lequel compte 29 grands électeurs) et que l’écart aujourd’hui est bien plus important, l’eurodéputé oublie que même les médias favorables au candidat républicain, à l’instar de Fox News, annoncent une victoire de Joe Biden sur la base de leur propre décompte. Par ailleurs, la chaîne conservatrice ne voit “aucune fraude, encore moins une fraude grave, qui serait susceptible de faire changer le résultat du scrutin”. 

Jordan Bardella, le numéro 2 du parti (qui a dû annuler son voyage aux Etats-Unis pour cause de Covid-19) s’en prend également à la presse, et ne reconnaît pas la victoire de Joe Biden. “Quel que soit le vainqueur à l’issue des recours légaux, on peut déjà affirmer qu’il y a une perdante écrasante : la déontologie des médias. La propagande anti-Trump, de la part d’un système qui se croit tout puissant, a atteint des niveaux jamais vus. Très inquiétant”, a tweeté l’eurodéputé. 

Un échec de plus pour les populistes

Si la défaite de Donald Trump est si difficile à admettre pour le Rassemblement national, c’est parce qu’elle met sérieusement en doute la pérennité du modèle populiste duquel il s’inspire. Une impression renforcée par les difficultés que rencontre Matreo Salvini en Italie. Autre élément à noter, le silence et la discrétion de Marine Le Pen, qui s’abstient de reprendre à son compte les éléments de langages de l’équipe de campagne du candidat républicain criant à la fraude. 

Outre le fait que le président sortant pâtit d’une image déplorable en France, il paraît difficile pour la députée du Pas-de-Calais, en quête de crédibilité en vue de 2022, de s’associer aux plus radicaux supporters de Trump qui, abreuvés de théories complotistes, n’hésitent pas à défiler en armes pour contester l’issue du scrutin. Si Marine Le Pen n’aurait pas du tout boudé une victoire de son champion, les conditions dans lesquelles cette défaite se déroule l’incitent à la prudence.  

A voir également sur Le HuffPost: Joe Biden s’engage à être “un président qui rassemble et non pas qui divise” 





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.