Après l’évacuation à République, Le Pen tacle le paradoxe Darmanin


LUDOVIC MARIN via Getty Images

Marine Le Pen face à la presse le 27 octobre 2020 (Photo by LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

POLICE – Des images qui tombent très mal pour Gérald Darmanin et la majorité LREM. L’évacuation d’un campement de réfugiés place de la République, à Paris ce lundi 23 novembre au soir, a donné lieu à des séquences particulièrement violentes, dénoncées par une partie de la classe politique. Mais pas par Marine Le Pen.

Réagissant dans la matinée, la présidente du Rassemblement national a tancé le ministre de l’intérieur, qui, face à de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, a annoncé avoir demandé un rapport circonstancié. “Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes”, commente notamment le locataire de la place Beauvau.

 

Il n’a pas échappé à de nombreux observateurs, ni à Marine Le Pen, que la diffusion de ces images aurait été compliquée si la controversée loi sécurité globale et son article 24, toujours en attente du feu vert de l’Assemblée nationale, avaient été en vigueur.

Réagissant à la demande d’enquête, la cheffe de file du RN accuse à cet égard le ministère de l’Intérieur de désavouer sa propre loi censée “protéger les policiers”, face à ce qu’elle qualifié “d’incident” et de “provocation d’extrême gauche”.

 

Si les partis de gauche et plusieurs élus LREM ont dénoncé les images de la place de la République comme “choquantes” et “honteuses”, le RN est la seule formation politique à défendre les policiers. Dans la matinée, le membre du bureau national du RN Julien Odoul avait également salué le travail des forces de l’ordre qui ont “simplement” fait respecter la loi.

L’embarras était en tous les cas palpable dans les rangs de la majorité ce mardi matin. La secrétaire d’État à la citoyenneté Marlène Schiappa a rapidement dévoilé un communiqué, dans lequel elle ne fait aucune mention des images violentes tournées la veille ou de leur diffusion, mais évoque au contraire les dispositifs et solution d’hébergements mis à disposition par l’État. Le hasard du calendrier veut que ce mardi les députés soient appelés à un vote solennel sur ce projet de loi.

À voir également sur Le HuffPost: Sécurité globale: Pourquoi ces citoyens tiennent autant à filmer la police





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.