Attention si votre cycle menstruel irrégulier, cela peut s’avérer très dangereux !

[ad_1]

Une nouvelle étude américaine et chinoise établit qu’un cycle menstruel irrégulier est un facteur de risque de mortalité prématurée. 

À lire aussi : Lidl : cet indispensable de l’hiver à moins de 8 euros va s’arracher comme des petits pains !

L’importance d’un cycle menstruel régulier

Avoir un cycle menstruel régulier pour une femme est un marqueur clinique pour cerner l’état de santé générale de celle-ci. L’étude du cycle menstruel dans la vie d’une femme est donc d’une grande importance. Un cycle menstruel irrégulier ou prolongé équivaut à un dérèglement de l‘axe hypothalamo-hypophyso-ovarien.

Par le passé, on s’est rendu compte que ce cycle pouvait être associé à des maladies non-transmissibles. C’est le cas du cancer de l’ovaire, des maladies coronariennes, du diabète de type 2 et aussi d’un ensemble de problèmes mentaux. La cause de ceux-ci : un environnement hormonal perturbé. Mais aucune étude n’avait jusqu’alors fait le lien entre la mortalité prématurée et le cycle menstruel irrégulier.

Une étude angoissante

Des chercheurs d’Harvard, du Michigan et de Huazhong ont donc publié une étude dans le British Medical Journal. Celle-ci prouve qu’un cycle menstruel irrégulier à un impact sur la mortalité prématurée. Les scientifiques ont regroupé leurs données auprès d’un groupe d’infirmières formé en cohorte. L’échantillon n’est donc pas représentatif de toute la population américaine. Toutefois, le résultat ne demeure pas inintéressant, au contraire. Ils ont questionné ces femmes à propos de leur cycle menstruel de 14 à 17 ans, puis de 18 à 22 ans. Puis, pour finir enfin, de 29 à 46 ans.

La mortalité prématurée, c’est-à-dire le fait de mourir avant 70 ans, est accentué de 73% en cas de cycle menstruel irrégulier. Suite à ces résultats alarmants, l‘Académie américaine de pédiatrie et le Collège américain des obstétriciens et des gynécologues ont souligné la nécessité de considérer le cycle menstruel comme signe vital chez les adolescentes. Ils veulent également que les caractéristiques du cycle tout au long de la procréation soient inclus comme signes vitaux supplémentaires dans l’évolution de l’état de santé générale des femmes.

Source : Futura

À lire aussi : Elle pense à mettre son masque mais oublie de mettre… sa jupe ! OUPS !

Publié par Lucie B le 06 Oct 2020

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.