Charlie Chaplin: il aura fallu une guerre mondiale pour qu’il renonce au cinéma muet


© Roy Export co Ltd

Le documentaire tout en archives « Charlie Chaplin, le génie de la liberté » est diffusé le mercredi 6 janvier sur France 3 à 21h05.

TÉLÉVISION – Trois années de recherche et onze mois de montage: voilà le travail colossal réalisé par les auteurs du documentaire “Charlie Chaplin, le génie de la liberté”, diffusé ce mercredi 6 janvier sur France 3 à 21h05 et dont Le HuffPost est partenaire. Racontée par la voix de l’acteur Matthieu Amalric, la vie de Charlie Chaplin défile sur 2h25 tout en archives. On y (re)découvre notamment sa grande hostilité au cinéma parlant, contre lequel il s’opposa pendant dix ans.

Documentaire riche et exhaustif composé de séquences cultes et de “pépites” rares et méconnues, “Charlie Chaplin, le génie de la liberté” retrace l’enfance du génie du burlesque en Angleterre, la naissance du personnage culte du Charlot, la malédiction du tournage du “Cirque” ou encore la vie intime parfois controversée de Chaplin qui aura 4 épouses et 11 enfants. Mais il évoque aussi ce qui poussa finalement l’acteur et producteur à passer le cap du cinéma parlant, lui qui avait pourtant promis qu’il ne “s’en servirait jamais”.

 

Chaplin fait acte de résistance

À la veille des années 1930, l’avènement du parlant est “une révolution. Les films parlants rendent complètement caducs et obsolètes les films muets”, rappelle au HuffPost François Aymé, réalisateur du documentaire. Pourtant Charlie Chaplin décide de “faire acte de résistance”.

Alors que Buster Keaton, autre star de l’époque, est “englouti” par cette révolution et va jusqu’à tomber dans la dépression, Charlie Chaplin lui tient contre vents et marées. “Chaplin n’avait jamais ressenti le muet comme un handicap. C’est le muet qui lui permet d’être universel et projeté dans le monde entier”, ajoute François Aymé. Alors il refuse tout simplement de suivre le mouvement.

Entre les “kilomètres d’archives, les dizaines de milliers de photos et les 70 longs et courts métrages de Charlie Chaplin visionnés”, les réalisateurs Yves Jeuland et François Aymé, et la documentaliste Aude Vassallo, ont notamment mis la main sur les déclarations belliqueuses du mime en pleine révolution du parlant.

“Je ne peux souffrir le cinéma parlant, la mécanique du studio sonore m’épouvante, la simple vue d’un microphone me donne la nausée, je dois être libre d’exprimer l’émotion à ma manière, par de la pure pantomime”, proclame à l’époque l’acteur et producteur. Et d’ajouter encore: “Le cinéma est image et illusion, n’en faisons pas autre chose. Le cinéma parlant gâche tout l’art du cinéma, il anéantit la grande beauté du silence, je ne me servirai pas de la parole dans mon prochain film, je ne m’en servirai jamais”.

Des déclarations qui lui valent d’être vivement pris à partie dans les journaux comme à Hollywood. “La chance qu’il a, c’est qu’il est son propre producteur et qu’il peut dépasser cette révolution en maintenant pendant des années ce choix du cinéma muet, c’est exceptionnel”, évoquent les réalisateurs. 

Le cinéma parlant tue Charlot

Ainsi, pendant plus de dix ans, Charlie Chaplin refuse le parlant. Pire, il s’en moque. Dans “Les Lumières de la ville”, il parodie des dialogues indescriptibles prononcés à travers un instrument. Et à la fin des “Temps modernes”, le grand public entend pour la première fois la voix de Chaplin… avec une chanson en charabia. “Le muet c’est son art, il sait s’exprimer à merveille dans ce registre. Et son choix de refuser le parlant se justifie. Ces films n’auraient pas été mieux en parlant”, assure Yves Jeuland.

“Il aura fallu une 2e Guerre mondiale et l’arrivée d’Hitler pour qu’il se mette à parler”. Car ce n’est qu’en 1940, avec “Le Dictateur”, que Chaplin se met aux dialogues. Et ce passage au cinéma parlant est fort en symbole, car il marque la mort du personnage de Charlot qui avait rendu Charlie mondialement célèbre. “Le vieillissement de Chaplin fait qu’il sait qu’il ne pourra plus jouer éternellement le vagabond”, complète Yves Jeuland, “mais c’est bien avec ce film, son premier parlant, qu’il tue Charlot.”

Le documentaire “Charlie Chaplin, le génie de la liberté”, estampillé sélection officielle du Festival de Cannes 2020, est diffusé ce mercredi 6 janvier à 21h05 sur France3, suivi du classique “Les Temps modernes” à 23h30.

À voir également sur Le HuffPost: Tous les films que le confinement vous a empêché de voir et qui sortiront (normalement) en 2021



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.