Covid-19: Joe Biden a trouvé le successeur d’Anthony Fauci et le promeut ministre


Angela Weiss / AFP

Le président-élu, Joe Biden, ici le 15 janvier 2021, veut mettre la science « au premier rang » de son administration.

ÉTATS-UNIS – C’est une autre rupture avec son prédécesseur Donald Trump, Joe Biden veut donner une place exécutive à ses conseillers scientifiques. Le président élu américain a dévoilé, ce vendredi 15 janvier, la liste d’experts qui constitueront son équipe scientifique une fois à la Maison Blanche, alors que les États-Unis sont le pays du monde le plus touché par la pandémie de Covid-19 avec plus de 23,5 millions de cas recensés et quelque 391.000 morts enregistrés.

À leur tête, Éric Lander, un généticien, biologiste et mathématicien de 63 ans qui a contribué à cartographier le génome humain et qui dirige le Broad Institute, un centre non lucratif de recherche biomédical réputé. Ce dernier est promu au rang ministériel.

 

“La science sera toujours au premier rang de mon administration ― et ces scientifiques de renommée mondiale garantiront que tout ce que nous faisons est basé sur la science, sur des faits, sur la vérité”, déclare Joe Biden dans son communiqué transmis vendredi soir. “Leur éclairage fiable sera essentiel alors que nous nous unissons pour mettre fin à cette pandémie, restaurer notre économie et faire de nouvelles avancées pour améliorer la qualité de vie de tous les Américains”.

Brian Ach/Getty Images for TIME 100 Health Summit /AFP

Le généticien et professeur à Harvard, Éric Lander (ici à droite), le 17 octobre 2019 à New York. in New York City.

 

Donald Trump était notoirement sceptique à l’égard de la science, remettant notamment en cause le changement climatique. Il était allé jusqu’à traiter d’“idiots” l’immunologue Anthony Fauci, conseiller du gouvernement sur la crise sanitaire, et d’autres experts qui conseillaient le port du masque et la distanciation sociale pour lutter contre le Covid-19.

Un programme de vaccination ambitieux

En parallèle, Joe Biden a dévoilé vendredi le programme qu’il entend mettre en œuvre à la Maison Blanche pour accélérer l’immunisation des Américains, avec la création de milliers de centres de vaccination de proximité, une coopération renforcée entre le pouvoir fédéral et les États et plus de campagnes de prévention.

Son projet est ambitieux: le président élu souhaite que 100 millions de doses soient injectées pendant ses 100 premiers jours de mandat. Pour cela, Joe Biden entend travailler avec l’Agence fédérale de gestion des urgences, responsable de coordonner la création de centre de vaccination de proximité dans des gymnases, stades ou écoles. Quelque 100.000 soignants seront mobilisés.

 

Près de 10,6 millions d’Américains avaient reçu vendredi une première dose de vaccin, et 1,6 million la seconde. Trop peu: le gouvernement Trump avait promis 20 millions de personnes vaccinées avant la fin de l’année 2020. Les vaccinations ont commencé dans un contexte difficile, avait justifié le médecin en chef des États-Unis, Jérôme Adams: en pleine explosion du nombre de cas et au moment des congés de fin d’année, mettant à l’épreuve les équipes médicales.

Joe Biden qui avait fustigé la gestion de Donald Trump, concentrant une bonne partie de ses attaques sur le sujet lors des deux débats présidentiels, verra son action en la matière particulièrement scrutée. “Je vous le promets, nous allons gérer cette opération comme jamais”, a assuré le président élu depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, à cinq jours de sa prestation de serment.

À voir également sur Le HuffPost: Anthony Fauci a vacciné lui-même le père Noël (et il est prêt à partir)





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.