Covid-19: le Noël français, un des plus souples d’Europe


ASSOCIATED PRESS

Un père Noël dans les rues de Strasbourg le 16 décembre 2020  (AP Photo/Jean-Francois Badias)

REVEILLON – La fin de 2020 n’aura décidément rien épargné aux Européens. À l’approche des fêtes de fin d’année, le vieux continent s’illustre par une certaine disparité en matière de mesures restrictives face au Covid-19. À côté de ses voisins, la France fait d’ailleurs presque figure d’exception.

Pour le 24 décembre, les Français pourront réveillonner aussi tard qu’ils le veulent puisque le couvre-feu sera levé, et surtout au nombre qu’ils veulent. Le gouvernement ne fait que conseiller vivement à ses concitoyens de limiter le nombre de convives à 6, appelant chacun au maximum de précautions.

Reconfinement et couvre-feu pour Noël

En Allemagne, en Italie et en Angleterre, la “bamboche” se fera de manière beaucoup plus discrète. Outre-Rhin, un confinement a été mis en place le 16 décembre, et ce jusqu’au 10 janvier, il sera en revanche possible de se retrouver à neuf personnes maximum autour de la table le soir du 24 décembre: cinq de deux foyers différents et quatre de la très proche famille. Les Pays-Bas ont choisi d’appliquer un système similaire. 

Au Royaume-Uni, qui fait face à une nouvelle souche du coronavirus, Londres et le sud-est sont reconfinés et leurs habitants ne pourront pas voir d’autres personnes pour Noël. Dans le reste de l’Angleterre, il ne sera pas possible de se réunir sous le même toit à plus de trois foyers différents le 25 décembre. En Italie, c’est aussi l’heure du reconfinement généralisé dans tout le pays, un peu de souplesse sera autorisée pour le réveillon, mais avec un nombre de couverts limité. Les Italiens pourront également se déplacer une fois par jour dans leur région pour rendre visite à des parents ou des amis, en dehors du couvre-feu qui existait déjà (22H00-5H00).

Le Danemark va lui se placer en confinement dès le 25 décembre et jusqu’au 3 janvier. Les Danois pourront toujours se retrouver le 24 au soir, mais le gouvernement conseille de limiter le nombre d’adultes à 10. 

En Belgique pour Noël, le couvre-feu sera toujours en place de 22h à 6 heures matin. Les repas ne pourront compter qu’une seule personne étrangère au foyer, deux pour celles et ceux qui vivent seuls. Comme en Allemagne, les forces de l’ordre devraient être particulièrement attentives aux fêtes privées. Le Luxembourg appliquera les mêmes règles que son voisin en matière de repas, mais avec un couvre-feu qui ne commencera qu’à 23h. 

Souplesse en Suisse et Espagne

En Suisse et en Espagne, les bars et restaurants, pourtant hauts lieux de contamination, seront ouverts jusqu’à 1h en Suisse et 1h30 dans la péninsule ibérique. Pour l’Espagne, cela cache en réalité des disparités régionales. La région de Valence fermera par exemple toutes ses frontières pendant la période des fêtes alors qu’à Madrid, les rassemblements privés seront limités à 6 personnes. Idem en Catalogne, où les restaurants et bars ne pourront pas ouvrir en soirée. 

La France peut-elle se le permettre?

De fait donc la France aura l’un des Noël les plus flexibles d’Europe. Un choix justifié par l’exécutif en raison des chiffres de l’épidémie. “Nos voisins sont en train de faire des choix que nous avons faits il y a plusieurs semaines. Le virus continue à circuler en France mais beaucoup moins vite que dans certains pays”,  a déclaré ce dimanche sur France 3, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Effectivement, les 36.000 infections recensées au Royaume-Uni ce dimanche sont bien loin de la moyenne des 14.000 hexagonales. Et globalement, la France fait partie actuellement des bons élèves de l’Europe.  

Our World in Data/ John Hopkins university

La moyenne du nombre de cas par par jour millions de gens dans différents pays d’Europe – chiffres lissés sur une semaine

Mais la prudence reste de mise. Tout d’abord, parce que les indicateurs ont un  retard d’en moyenne 5 à 10 jours, le temps que les personnes contaminées développent des symptômes et soient testées puis enregistrées. Surtout les moyennes nationales cachent des différences territoriales. Comme le montre notre carte ci-dessous, dans plusieurs départements, le taux d’incidence et le taux de positivités sont en hausse. 

“L’équilibre est fragile et il suffirait de peu de choses pour que ça reparte, par exemple l’augmentation des contacts à Noël”, mettait en garde l’épidémiologiste Dominique Costagliola, directrice de recherche à l’Inserm, interrogée par Le HuffPost. Elle alertait notamment sur le terme de plateau, largement utilisé en France. S’il peut donner une impression de stabilité, il est en réalité trompeur, car dans la pratique, un plateau ne peut durer très longtemps et ne peut être le prélude qu’à une nouvelle chute ou, malheureusement, à une nouvelle hausse.

Autant de mises en garde faites par ailleurs avant les inquiétudes soulevées par la nouvelle souche du coronavirus et à propos de laquelle les institutions européennes alertent désormais. “Toute augmentation de la transmissibilité entrainerait une hausse de la propagation, en particulier si le mélange familial et social traditionnel à cette période de l’année n’est pas réduit, et se propagerait davantage en dehors du Royaume-Uni, en particulier si les voyages non essentiels ne sont pas réduits ou évités complètement. Cela pourrait éventuellement conduire la variante à remplacer les variantes actuellement en circulation dans une grande partie de l’UE”; écrit le European Center for disease prevention and control.

À voir également sur Le HuffPost: La nouvelle souche du coronavirus ne devrait pas “changer l’efficacité du vaccin”



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.