Covid-19: une carte et des graphiques pour voir l’évolution de l’épidémie ville par ville


Géodes Santé publique France

Santé Publique France a publié ce jeudi 15 octobre l’évolution du taux d’incidence dans 22 métropoles en France.

CORONAVIRUS – Ces données, métropole par métropole, étaient attendues et demandées aux autorités depuis plusieurs jours. Elles n’étaient disponibles que par département jusqu’alors, ce qui ne permettait pas toujours de connaître la situation épidémiologique dans certaines agglomérations densément peuplées, placées en “alerte maximale” et concernées par le couvre-feu nocturne d’“au moins 4 semaines” à partir de ce samedi 17 octobre à minuit.

Grâce à ces chiffres mis en ligne jeudi 15 octobre dans la soirée, et que vous pouvez consulter sur la carte de l’observatoire Géodes ici, vous pourrez désormais suivre en temps réel, jour après jour, l’évolution du taux d’incidence dans votre ville. Pour le moment, seules les données de 22 métropoles sont disponibles, et ce rétrospectivement depuis le 19 septembre dernier.

Forte augmentation des cas chez les plus âgés

Pour rappel, le taux d’incidence correspond au nombre de nouveaux cas positifs recensés pour 100.000 habitants sur 7 jours glissants. C’est l’un des trois indicateurs les plus suivis par les autorités et les scientifiques pour connaître la situation sanitaire sur un territoire et prendre des mesures de restriction de déplacement.

L’un des deux autres indicateurs est également fourni pour la première fois ville par ville par Santé publique France: il s’agit du taux d’incidence chez les plus de 65 ans, comme vous pouvez le voir dans notre graphique évolutif ci-dessus en choisissant la catégorie d’âge. Ce graphique retranscrit les données recensées par Santé publique France à la date du 12 octobre.

Pour cette classe d’âge, le taux d’incidence dépassait le seuil de 200, d’ores et déjà lundi, dans 5 métropoles: Lille, Grenoble, Lyon, Montpellier et Clermont-Auvergne. Jeudi 15 octobre, dans son point épidémiologique daté du 15 octobre, l’Agence nationale alertait sur “le triplement du nombre de cas en 6 semaines” pour cette classe d’âge, particulièrement scrutée par les autorités car plus à même de développer des formes graves et mortelles de la maladie. 

Au niveau national, “le taux d’incidence était de 68 chez les 0-14 ans, 278 chez les 15-44 ans, 185 chez les 45-64 ans, 103 chez les 65-74 ans et 116 chez les 75 ans et plus”, précise également l’agence. “L’augmentation la plus forte était chez les 45-64 ans (+66%) suivi par les 65-74 ans (+64%), les 75 ans et plus (+64%) puis chez les 0-14 ans (+62%)”, contre une hausse de 46% chez les 15-45 ans.

Forte inquiétude pour Lille, Saint-Étienne, Lyon et Grenoble

L’inquiétude est particulièrement forte à Lille, où Jean Castex s’est rendu ce vendredi matin. Le Premier ministre a qualifié la situation dans les Hauts-de-France de “grave et préoccupante”. “Près de 40% des lits de réanimations sont déjà occupés par des patients Covid-19″ dans la région. “Notre personnel hospitalier fait déjà face à une situation grave et préoccupante. C’est d’abord pour les protéger que nous avons pris de nouvelles mesures contraignantes”, a-t-il écrit sur Twitter, saluant dans un autre tweet “l’engagement de Martine Aubry”, la maire de la ville.

Les données montrent une forte accélération de l’épidémie dans la ville du nord de la France, comme à Saint-Étienne, Grenoble ou encore à Lyon:

Les métropoles françaises avec les taux d’incidence les plus élevés à la date du 12 octobre:

  • Saint-Étienne (546,3 pour 100.000 habitants contre 171 le 19 septembre)
  • Lille (543,8 contre 319,5 le 19 septembre)
  • Grenoble (443,4 contre 203,9)
  • Lyon (425,1 contre 236,7)
  • Grand Paris (359,7 contre 196,7)
  • Rouen (274,9 contre 200,1)
  • Toulouse (273,3 contre 301,5)
  • Clermont-Auvergne (264,8 contre 98,1)
  • Montpellier (260,7 contre 157,5)

Si le dépistage est massif, rapide et bien effectué, l’évolution du taux permettra également de voir dans les prochains jours l’impact des mesures de restrictions sur l’évolution de l’épidémie, quasiment en temps réel. À la lecture de ces nouveaux chiffres, la situation dans la métropole de Clermont-Auvergne ou encore à Tours/Val-de-Loire inquiète et pourrait rapidement conduire les autorités à y instaurer un couvre-feu nocturne.

Pour rappel, l’exécutif a décidé d’instaurer un couvre-feu dès samedi, 00H00, “pour une durée minimale de quatre semaines” voire “au-delà, si le Parlement le valide” pour Lyon, Lille, Toulouse, Montpellier, Saint-Étienne, Aix-Marseille, Rouen et Grenoble ainsi que l’Île-de-France, soit près de 20 millions d’habitants. 

Le bond du nombre de contaminations -30.621 nouveaux cas recensés sur notre territoire en 24 heures jeudi, contre 22.591 mercredi- s’accompagne également d’une hausse continue du taux de positivité des tests, ainsi que des nouvelles admissions dans les services de réanimation des hôpitaux ces derniers jours: 171 patients en plus lundi, 226 mardi, 193 mercredi et 219 jeudi, selon la base de données de Santé publique France. C’est le troisième indicateur majeur suivi par les autorités.

 

À voir également sur Le HuffPost: pourquoi le pic épidémique ressemble à tout sauf à un pic





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.