Darmanin fait verser ses indemnités de maire de Tourcoing non touchées à la SPA

[ad_1]

CHARLES PLATIAU / AFP

Gérald Darmanin, ici à l’Élysée à Paris, le 9 décembre 2020.

MAIRES – Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé ce samedi 12 décembre que le conseil municipal de Tourcoing, ville dont il était resté maire jusqu’à mi-septembre, avait entériné sa volonté de verser ses indemnités de maire non touchées, s’élevant à 20.000 euros, à la Société protectrice des Animaux (SPA).

“Ce matin, en conseil municipal de @TourcoingVille, promesse tenue : les 20.000 euros qui représentent les indemnités de maire non touchées, seront bien versées à la @SPA_Officiel pour aider les animaux abandonnés dans cette période difficile. Boris s’en lèche les pattes!” a écrit le ministre sur son compte Twitter, vidéo de son chat adopté à la SPA de Tourcoing à l’appui. 

Selon un rapport figurant dans le compte-rendu de ce conseil municipal, disponible sur le site internet de la mairie, “le non versement de l’indemnité de maire à Gérald Darmanin du 23 mai au 6 septembre 2020 a généré une enveloppe de l’ordre de 20.000 euros”. 

Le conseil devait se prononcer sur le versement d’une subvention exceptionnelle de 20.000 euros à la SPA de Tourcoing, qui doit servir à aider les particuliers qui veulent faire stériliser ou identifier leur chat.

Désormais simple conseiller municipal

“Décidément il ne manque pas de culot #Darmanin d’accuser l’opposition de politique politicienne en défendant une délibération dont il a décidé de faire un coup de com’ à son crédit personnel il y a déjà 6 mois. Nb: on vous a pas attendu pour défendre les animaux”, a réagi, également sur Twitter, son opposante écologiste Katy Vuylsteker.

Le ministre LREM était redevenu maire de Tourcoing le 23 mai, retrouvant un siège occupé entre mars 2014 -quand le jeune élu alors estampillé UMP avait ravi la ville au PS- et septembre 2017.

Gérald Darmanin n’a démissionné de son poste de maire qu’en septembre 2020, devenant simple conseiller municipal. 

Selon la jurisprudence instaurée par Lionel Jospin en 1997, un ministre ne peut pas diriger un exécutif local. Il s’agit d’une règle non-écrite -qui a souffert des exceptions (Le Drian, Sarkozy…)- mais l’ex-Premier ministre Édouard Philippe l’avait sanctuarisée en septembre 2019.

À voir également sur Le HuffPostViolences policières: Darmanin réitère sa confiance au préfet de Paris



[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.