Emily Ratajkowski est enceinte : Sebastian Bear-McClard et la star attendent leur premier enfant


INSTAGRAM – Pour annoncer la bonne nouvelle, Emily Ratajkowski n’a pas fait les choses à moitié et fidèle à ses engagements, la militante féministe en a profité pour faire passer un message sur le genre.

La couverture du magazine Vogue (la version digitale de son édition américaine) la montre les mains posées sur un ventre déjà bien arrondi. En plus d’une floppée de posts Instagram. Ce lundi 26 octobre,c’est ainsi que la mannequin américaine de 29 ans a révélé à ses fans attendre son premier enfant avec son mari Sebastian Bear-McClard. 

Sur la couverture du Vogue, on aperçoit la top model en nuisette se tenir le ventre pour expliquer qu’elle ne révélera pas le sexe du bébé comme on dit en français, ou plutôt son genre. 

Outre la couverture du prestigieux magazine, dans un second post, l’actrice révèle une vidéo plus intime. Il s’agit en fait d’une vidéo de son amie, la comédienne et réalisatrice Lena Dunham, où l’on peut voir la star dénudée, caressant son vendre rond dans son bain mais aussi partageant des moments de complicité avec son chien Colombo. Dans cette vidéo, on entend également Emily Ratajkowski dire ”Nous nous demandons qui vas-tu devenir?”.

Enfin, la future maman de 29 ans, suivie par environ 27 millions de personnes, a posté une dernière photo en dessous de laquelle elle écrit “Qui seras-tu? Quelle sorte de parents deviendrons-nous également?”. Autant d’incertitudes qui semblent la combler de bonheur.

“Notre grossesse” 

Lors de son interview pour Vogue, Emily Ratajkowski revient sur ses engagements féministes. Elle parle notamment de la grossesse en tant que telle et du rôle de la femme durant cette expérience. Elle raconte à Vogue, que son mari Sebastian, aime lui dire : “Nous sommes enceintes”. Même si elle trouve cela mignon, au fond d’elle, la future mère, n’est pas d’accord avec cela.

“En fin de compte, je suis seule avec mon corps dans cette expérience.” Elle est consciente que l’ADN de son mari est en elle, mais la grossesse, c’est elle qui la vit et personne d’autre.“Mon mari n’a pas de symptômes physiques dans ‘notre’ grossesse, ce qui me rappelle encore une fois à quel point les expériences de vie d’une femme et d’un homme peuvent être différentes.” 

La question du genre du bébé

La question du genre est sans nul doute primordiale dans l’interview d’Emily Ratajkowski. Elle déclare qu’elle et son mari ne désirent pas, pour le moment, connaître le sexe du bébé: ”(…) nous ne connaîtrons pas le genre de notre enfant avant ses 18 ans et il nous le fera savoir à ce moment-là.” 

La militante féministe, évoque le phénomène courant de vouloir un enfant du même sexe que soi. “Lorsque j’étais plus jeune, je me projetais presque automatiquement avec une fille plus tard.” Ayant fait part de cela à son psychothérapeute, elle se rend compte que ce phénomène est récurrent, car une personne souhaite souvent inconsciemment que son enfant “refasse” sa propre enfance. Cependant, avec du recul, elle constate que cette façon de penser les choses n’est pas forcément le résultat d’un phénomène inconscient, mais qu’au contraire elle a probablement été provoquée par des stéréotypes. 

Le couple souhaite donner à cet enfant une éducation sans stéréotypes de genre. “J’aime l’idée de forcer le moins possible de stéréotypes de genre sur mon enfant.”

La jeune femme de 29 ans espère qu’elle sera le type de parent auquel un enfant se confie et se montre. Pourtant, si elle espère que son “enfant pourra déterminer sa propre place dans le monde”, elle ne cache pas à Vogue, qu’ “il sera quoi qu’il arrive, confronté aux indéniables contraintes et constructions de genre avant de pouvoir parler ou, bon sang, même naître.” 

Une situation incontrôlable 

 “Avant j’avais pour habitude d’utiliser la pensée magique pour qu’une chose se passe d’une certaine manière. Désormais, je n’essaie pas d’imaginer une couverture rose ou bleue dans mes bras. (…) Je suis indéniablement impuissante face la quasi-totalité des choses qui entourent ma grossesse : comment mon corps va-t-il changer, qui sera mon enfant. Mais cela ne me dérange pas, au lieu d’avoir peur, je suis sereine. J’apprends déjà de cette personne à l’intérieur de mon corps, je suis émerveillée.”

Peu importe comme son enfant sera, comment son corps deviendra, la militante de 29 ans semble comblée de bonheur. 

À voir également sur Le HuffPost: Avec cette statue, #MeToo revisite le mythe de Médusa



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.