En charge de protéger l’investiture de Biden, le ministre de la Sécurité intérieure démissionne

[ad_1]

Pool via Getty Images

Le ministre en charge de protéger l’investiture de Biden démissionne une semaine avant (photo de Chad Wolf le 23 septembre à Washington. Shawn Thew-Pool/Getty Images)

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – Le ministre par intérim de la Sécurité intérieure des États-Unis, Chad Wolf, a annoncé ce lundi 11 janvier sa démission, ajoutant aux inquiétudes concernant la sécurité de la cérémonie d’investiture de Joe Biden, le 20 janvier à Washington.

Chad Wolf quitte son poste cinq jours après l’intrusion violente de partisans de Donald Trump au Capitole, qu’il a qualifiée de “tragique” et ”écoeurante”, mais qu’il ne mentionne pas dans son courrier.

“Je suis triste de franchir ce pas car j’avais l’intention de servir jusqu’à la fin de ce gouvernement”, leur écrit-il. “Mais cette action a été rendue nécessaire par de récents événements, dont les décisions de justice sur la validité de mon autorité”, ajoute-t-il.

Position difficile

Ce républicain de 45 ans supervisait depuis novembre 2019 le ministère de la Sécurité intérieure, créé après les attentats du 11 septembre 2001 pour mieux coordonner la politique sécuritaire et migratoire du pays.

Choisi initialement pour assurer un intérim, il avait été officiellement nommé à ce poste par Donald Trump à la fin août 2020, mais le Sénat n’a jamais voté pour le confirmer. Or, la Constitution impose que les ministres soient confirmés par la chambre haute du Congrès.

La justice avait donc estimé récemment qu’il n’était pas légitime à son poste et avait invalidé ses décisions.

Sécurité compliquée pour le 20 janvier

A la rentrée du Congrès le 3 janvier, Donald Trump avait de nouveau soumis sa candidature au Sénat mais l’avait retirée dès le 6, quelques heures après les critiques de Chad Wolf sur le siège du Capitole.

Chad Wolf sera remplacé dès ce mardi par Pete Gaynor qui devra alors superviser la sécurité de l’investiture de Joe Biden. C’est à ce ministère qu’il revient en effet de coordonner les différentes forces de sécurité mobilisées sur place comme la police, la garde nationale ou encore le Secret Service.

Un changement de dernière minute compliqué alors que l’ambiance se tend sensiblement outre-Atlantique. Selon des médias américains, un document interne du FBI prévient notamment que des supporters armés du président républicain pourraient participer à des manifestations dans les 50 États américains entre ce weekend et le 20 janvier.

À voir également sur Le HuffPost: Arnold Schwarzenegger réagit aux événements du Capitole et se paie Trump

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.