Envoyer des photos de son sexe sans consentement pourrait vous envoyer en prison


Dans la plupart des pays du monde, la loi ne considère l’agression sexuelle que lorsqu’il y a un geste physique qui est constaté. En Finlande, le législateur souhaiterait élargir cette définition et y inclure les agressions virtuelles afin de pouvoir punir notamment ceux qui envoient des messages, des photos et des vidéos indésirables, comme des photos de leur sexe sans consentement. Selon la gravité des faits, l’agresseur pourrait écoper d’une amende et d’une peine de prison allant jusqu’à 6 mois de privation de liberté.

> À lire aussi : Sexto : découvrez le sens caché de certains émojis très coquins !

Envoyer un sexto sans consentement sera puni en Finlande

Le porte-parole du ministère de la Justice finlandais a annoncé qu’une loi était en préparation pour l’année prochaine. Il s’agirait d’une mise à jour de la loi portant sur les agressions sexuelles afin d’y inclure « les agressions verbales, que ce soit par messages ou images, en prenant des photos de quelqu’un d’autre ou en s’exhibant soi-même ». Ce changement survient suite à la publication d’une étude qui a fait grand bruit en Finlande. On y apprend que la moitié des filles et jeunes femmes ont au moins été une fois la cible d’envois de photos indésirables. « Les études montrent que le harcèlement sexuel est assez courant et que les victimes de ce type de comportement sont le plus souvent des femmes, il est donc très pertinent de réfléchir à la manière dont il devrait être traité par la loi », explique Sami Kiriakos, un conseiller juridique finlandais.

> À lire aussi : Un sexto, une photo Facebook, lors d’une rencontre….Découvrez 10 histoires d’infidélités bouleversantes !

Envoyer une photo de son pénis peut vous mener en prison

Puisqu’il est difficile de mener une enquête pour ce type d’agression virtuelle, le législateur pense qu’en prenant des mesures dissuasives, les agresseurs réfléchiraient à deux fois avant d’agir. La Finlande veut également modifier la notion de viol, qui jusqu’à présent ne prend en compte que les rapports sexuels forcés ou les attouchements non désirés. À présent, tout rapport sexuel sans avoir reçu le consentement explicite de son ou sa partenaire pourrait être considéré comme un viol. Rappelons que l’envoi de photos explicites non désirées est déjà punissable par la loi. Envoyer du contenu indésirable peut être considéré comme du harcèlement mais la dimension sexuelle n’y est pas encore associée.

> À lire aussi : Cette professeur envoyait des sextos par erreur à son élève… voilà ce qui est arrivé…

Crédits : Shutterstock – Source : LadBible

Publié par Nicolas F le 17 Oct 2020



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.