Face à Erdogan, Macron soutenu par plusieurs dirigeants européens


LUDOVIC MARIN / AFP

Recep Tayyip Erdogan et Emmanuel Macron, ici à l’Élysée à Paris, le 5 janvier 2018.

INTERNATIONAL – Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé ce lundi 26 octobre au boycott des produits français, ajoutant une pierre aux critiques qui pleuvent sur Emmanuel Macron au Moyen-Orient après de récents propos défendant la liberté de caricaturer le prophète Mahomet et la liberté d’expression. 

“Tout comme en France certains disent ‘n’achetez pas les marques turques’, je m’adresse d’ici à ma nation: surtout ne prêtez pas attention aux marques françaises, ne les achetez pas”, a déclaré Erdogan dans un discours à Ankara.

“Une campagne de lynchage semblable à celle contre les Juifs d’Europe avant la Deuxième Guerre mondiale est en train d’être menée contre les musulmans”, a-t-il ajouté, accusant certains dirigeants européens de “fascisme” et de “nazisme”.

À deux reprises, ce week-end, le président turc avait mis en cause la “santé mentale” du président français Emmanuel Macron, dénonçant ses positions vis-à-vis des musulmans.

Le discours du président français lors d’un hommage national au professeur Samuel Paty, décapité dans un attentat islamiste le 16 octobre pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet en classe, avait notamment suscité sa colère. 

Emmanuel Macron avait promis que la France continuerait de défendre les caricatures. 

Le président français a toutefois enregistré une série de soutiens en Europe ces deux derniers jours, à commencer par la chancelière allemande Angela Merkel, qui a jugé “diffamatoires” et “absolument pas acceptables” les attaques proférées par Erdogan.

Des messages de soutien écrits en français

Emmanuel Macron a aussi pu compter sur les soutiens -souvent des messages écrits en français- du Premier ministre italien Giuseppe Conte, du Premier ministre hollandais Mark Rutte, du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, de la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, du ministre lituanien des Affaires étrangères Linas Linkevicius ou encore du ministère espagnol des Affaires étrangères, comme on peut le lire sur les tweets ci-dessous.

“Suite à l’appel à consultations de l’ambassadeur de France en Turquie, l’Espagne souligne que l’affrontement et les attaques personnelles, comme celles subies par le président Emmanuel Macron, n’auront jamais de place entre alliés et espère qu’un dialogue basé sur le respect sera rétabli le plus vite possible.”

À voir également sur Le HuffPostPence et Erdogan gagnent la palme de la rencontre la plus froide





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.