Fête sauvage à Joinville: plusieurs gardés à vue, dont le propriétaire du loft


Philippe Wojazer / Reuters

Après la gigantesque fête sauvage organisée dans un loft de Joinville-le-Pont, plusieurs gardes à vue sont actuellement en cours, dont une qui concerne le propriétaire des lieux (image d’illustration de décembre 2018). 

CONFINEMENT – L’affaire ne fait que commencer. Après la gigantesque soirée clandestine organisée malgré le confinement dans un quartier résidentiel de Joinville-le-Pont vendredi 13 novembre, et après que les forces de l’ordre intervenues sur place ont essuyé un déluge de projectiles, la police est en train de mettre la main sur les responsables. 

Selon les informations de l’Agence France presse, confirmant celles du Parisien et de BFMTV, le propriétaire du loft dans lequel entre 300 et 400 personnes avaient pris place pour cette fête sauvage et l’organisateur de la soirée ont été placés en garde à vue. 

D’après le quotidien francilien, les équipes de police municipale avaient déjà dû intervenir à une dizaine de reprise depuis l’été pour des tapages nocturnes dans ce même bâtiment. À chaque fois, le propriétaire a écopé d’amendes qui ne l’ont visiblement pas découragé.

Jets de bouteille et de chicha

Mais cette fois, les qualifications retenues sont bien plus lourdes: “mise en danger de la vie d’autrui”, “violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique”, menaces et intimidations contre les fonctionnaires. À cela pourrait s’ajouter un délit de “débit de boissons illégal” du fait de l’installation d’un bar dans le logement.

Plusieurs plaintes ont d’ailleurs été déposées à la suite de la soirée: les policiers ont porté plainte pour violences sur personne dépositaire de l’autorité publique après avoir été visés par des projectiles en tout genre, dont des chichas et des bouteilles en verre. La ville de Joinville-le-Pont, dans le Val-de-Marne, va également déposer une plainte ce lundi, précise Le Parisien

En outre, les deux médias affirment que le vigile de la soirée a été placé en garde à vue. Mais coopératif à l’arrivée des policiers et ne faisant que travailler durant la soirée, il n’est pas visé par les qualifications évoquées plus haut. Les responsables de la fête pourraient en revanche être entendus pour “travail dissimulé”. 

Le Parisien ajoute finalement que deux fêtards venus récupérer des affaires dans le loft alors que les enquêteurs étaient encore sur place ont également été interpellés. Lors de la soirée, un homme a été blessé et transporté à l’hôpital. Il a alors été dépisté positif au covid-19, selon une source policière. La préfecture de police a par la suite invité tous les participants à se faire tester. 

À voir également sur le HuffPost: Une messe devant Saint-Sulpice à Paris malgré le confinement



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.