L’avocat de Trump Rudy Giuliani a eu un souci capillaire pendant une conférence de presse surréaliste


INTERNATIONAL – Il y a certaines fois où la forme et le fond sont en accord. Le 19 novembre à Washington, l’avocat de Donald Trump et ex-maire de New York  Rudy Giuliani avait donné rendez-vous à la presse: objectif, dénoncer l’élection de Joe Biden comme étant le fruit d’une fraude massive, preuves à l’appui. 

Malheureusement pour le camp républicain, l’événement ne s’est pas vraiment déroulé de la manière prévue, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article. Non seulement les “preuves” de la fraude présumée tenaient de la plus fragile des théories conspirationnistes, mais c’est tout autre chose qui a attiré l’attention des spectateurs et des internautes: des coulées marron barrant de part et d’autre le visage de l’homme à tout faire du président américain. 

Après une pluie de messages sur Twitter au ton franchement moqueur, l’origine de cette transpiration colorée est devenue rapidement évidente: Giuliani s’était teint les cheveux, et la transpiration a eu raison du produit utilisé, le répandant sur son visage…

Une conférence de presse surréaliste

Si cette bourde a éclipsé le reste de la conférence, c’est bien à cause de l’indigence de celle-ci. Giuliani, secondé par la procureure Sydney Powell, a expliqué que le logiciel utilisé pour compter les votes était contrôlé par des financiers vénézuéliens, alliés à Georges Soros. Un complot “communiste” manigancé par la Chine pour inverser le résultat du vote populaire… Rappelons que de leurs côtés, les responsables de la sécurité scrutin n’y ont vu aucune irrégularité, à l’instar de la justice américaine, qui déboute l’un après l’autre les recours intentés. 

L’avocat personnel du président a évoqué des machines de comptage qui auraient “changé” les votes pour Trump en voix pour l’ancien vice-président de Barack Obama, de votes multiples ou de personnes décédées, d’observateurs républicains empêchés de superviser les opérations. Avant de tenter d’imiter l’accent new-yorkais de l’acteur principal Joe Pesci dans une référence au film “Mon cousin Vinny” qui narre le procès de deux hommes accusés à tort de meurtre.

Cette conférence de presse a été “la plus dangereuse” et “sûrement la plus folle” de l’histoire américaine, a réagi sur Twitter l’ancien directeur de l’agence américaine de cybersécurité, Chris Krebs, limogé mardi par Donald Trump. 

À voir également sur Le HuffPost: Pour Thanksgiving, ce conseiller de Trump encourage les Américains à voir leurs grands-parents 





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.