Le journaliste Augustin Trapenard va quitter Canal+ fin janvier


Valery HACHE / AFP

Le journaliste et critique Augustin Trapenard au Festival de Cannes le 15 mai 2019.

CLAP DE FIN – Il présentait l’émission “Le Cercle”, consacrée au cinéma, depuis quatre ans. Le journaliste et animateur Augustin Trapenard a annoncé ce mardi 29 décembre son départ prévu fin janvier du groupe Canal+, qu’il avait intégré en 2012.

“Après cette étrange année, j’ai d’autres envies, d’autres projets. Je garde tout ce que j’ai appris, tout ce qu’on a vécu, tous ceux et celles avec qui j’ai eu la chance de travailler depuis presque 10 ans, a annoncé le journaliste sur Twitter. C’est avec émotion que je quitterai Canal + fin janvier”.

Son tweet était accompagné d’une photo de lui avec le couple humoristique culte des Deschiens, formé par François Morel et Yolande Moreau, et lancé sur Canal+ au début des années 1990.

De son côté, le groupe Canal+ a salué dans un communiqué le travail du journaliste lui souhaitant “pleine réussite dans ses nouveaux projets”. L’émission “Le Cercle” reviendra prochainement sur Canal+, indique le groupe.

Sur Twitter, Laurence Bloch, la directrice de France Inter, où Augustin Trapenard tient l’émission “Boomerang”, s’est inquiétée de ce message. “Vos envies d’ailleurs après cette étrange année ça n’est pas de rejoindre le Bourbonnais, votre famille, d’y ouvrir une librairie et de quitter la radio?”, s’est-elle amusée. “Je reste (…) évidemment, a répondu le journaliste. J’aurais trop peur, avec vous, du retour de boomerang Boomerang”.

Canal+ dans la tourmente 

Le départ d’Augustin Trapenard survient alors que le groupe Canal+ traverse une zone de turbulences en raison des licenciements controversés de deux de ses vedettes, le chroniqueur et présentateur, Sébastien Thoen et le commentateur sportif, Stéphane Guy. 

Sébastien Thoen a été remercié fin novembre pour avoir participé à une parodie d’une émission de Pascal Praud, l’un des piliers de CNews, la chaîne info du groupe Canal+. Stéphane Guy a été renvoyé la veille de Noël pour lui avoir témoigné son soutien à l’antenne.

Ces licenciements ont provoqué un tollé au sein du groupe, le premier syndicat représentatif, +Libres, dénonçant ce lundi 28 décembre le “mépris de (leur) direction et de (leur) actionnaire”, le groupe Vivendi détenu par le milliardaire Vincent Bolloré, pour les valeurs originelles du groupes construites “entre autres sur l’impertinence, la caricature et l’auto-dérision”.

Sollicité par l’AFP pour savoir si ces événements avaient pesé dans sa décision, Augustin Trapenard, également animateur de l’émission radio “Boomerang” sur France Inter, n’a pas donné suite.

A voir également sur Le Huffpost: Les difficultés d’un patron de cinéma pendant la crise du Covid-19





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.