Les restaurateurs qui ouvrent malgré l’interdiction soutenus par une majorité de Français- EXCLUSIF


SEBASTIEN BOZON / AFP

EXCLUSIF – Une (courte) majorité de Français soutient les restaurateurs qui ouvrent malgré l’interdiction (photo d’illustration prise le 1er février à Cusance)

POLITIQUE – Où en est “l’acceptabilité” des Français? Adhèrent-ils encore aux restrictions imposées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus? C’est ce facteur qui aurait, en partie, décidé le chef de l’État à écarter, pour l’instant, un nouveau confinement de la population, en dépit d’indicateurs sanitaires inquiétants.

Appel à la désobéissance civile, manifestations, rapports psychologiques alarmants… Depuis plusieurs jours, les signaux se multiplient quant à la lassitude des Français, éprouvés par des mois de pandémie et d’interdiction.

C’est également ce que tend à montrer un sondage YouGov réalisé pour Le HuffPost les 1er et 2 février 2021. Une courte majorité (53%) de personnes interrogées affirment soutenir les restaurateurs qui font le choix de rouvrir leurs établissements malgré l’interdiction, contre 43% qui désapprouvent ces actions.

Les sympathisants de gauche approuvent, pas ceux de droite

Les cuisiniers ou gérants sont, eux, de plus en plus nombreux à vouloir franchir le pas. Ils devaient être plusieurs dizaines à rouvrir leurs portes lundi 1er février à l’appel d’un restaurateur du Doubs, excédé par plusieurs mois de fermeture. 

“Je veux juste défendre mon droit de travailler”, expliquait Stéphane Turillon chef et propriétaire de l’établissement “La Source Bleue”, à RMC Besançon, avant de finalement renoncer à sa “révolte” -comme la majorité de ses collègues- sous la pression des gendarmes. 

Quelques jours plus tôt, le 27 janvier, c’est le propriétaire d’un établissement niçois qui recevait des clients -aux cris de “liberté”- avant de terminer sa journée en garde à vue. D’autres ne sonnent pas le tocsin avant de se remettre à servir: vingt-quatre restaurants clandestins ont été découverts la semaine dernière à Paris.

Rébellion ou désobéissance civile, ces initiatives sont, dans tous les cas, bien accueillies par une bonne partie de la population. Dans le détail, se sont les sympathisants de la France Insoumise (61%) ou du Rassemblement national (68%) qui affichent le plus fort taux de soutien, suivis de peu par ceux du Parti socialiste également majoritairement favorables à ces réouvertures clandestines.

La crainte d’une “crise sociale”

Au contraire, 57% des sympathisants des Républicains affichent une certaine hostilité, sans parler de ceux de La République en marche dont les trois-quarts désapprouvent l’action de ces restaurateurs. 

Plus surprenant, toutefois, au regard du soutien global accordé à ces chefs d’entreprise, le sondage Yougov montre que les Français sont divisés quant au choix du chef de l’État de ne pas imposer de reconfinement. Ils sont même 45% à estimer qu’Emmanuel Macron aurait dû remettre le pays sous cloche, contre 32% qui approuvent l’option finalement retenue de fermer les frontières et les très grands magasins.

La société est donc toujours en proie au doute alors qu’une troisième vague épidémique menace. Un contexte étouffant qui fait redouter à l’écrasante majorité de la population l’avènement d’“une crise sociale” dans les mois à venir. Ils sont 87% à la craindre, quand, dans le même temps, plusieurs voisins européens, comme les Pays-Bas, sont parcourus de violents épisodes de contestation. De nouvelles données qui pourraient aider le gouvernement français à justifier son choix de temporiser encore un peu avant de décréter un éventuel confinement, forcément lourd de conséquences.

Pour en savoir plus sur cette étude, contactez YouGov ici.

À voir également sur Le HuffPost: Fabrice Luchini rend hommage aux restaurateurs face au couvre-feu



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.