L’hommage de Joe Biden et Kamala Harris aux morts du Covid-19


capture C-SPAN

L’hommage de Joe Biden et Kamala Harris aux morts du Covid-19

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – À moins de 24 heures de sa cérémonie d’investiture, Joe Biden a rendu mardi à Washington hommage aux victimes du Covid-19, marquant le contraste avec le président sortantDonald Trump qui a depuis des mois tenté de minimiser l’impact d’une pandémie ayant fait plus de 400.000 morts aux États-Unis.

“Pour guérir, nous devons nous souvenir. Il est difficile parfois de se souvenir mais c’est ainsi que nous guérissons”, a-t-il déclaré devant l’imposant mémorial Abraham Lincoln, en compagnie de son épouse Jill, de sa vice-présidente Kamala Harris et son époux. 

L’ancien bras droit de Barack Obama, qui deviendra mercredi à midi le 46e président de l’histoire des États-Unis, s’est ensuite recueilli, au son de la chanson “Hallelujah” de Leonard Cohen, face aux 400 lumières qui avaient été allumées tout autour du bassin rectangulaire dans lequel se reflétait le Washington Monument (voir ci-dessous). 

La future vice-présidente a lancé, comme Biden, un message de rassemblement. “Ce soir, nous sommes en deuil et nous commençons à guérir ensemble”, a déclaré celle qui deviendra la première femme vice-présidente ainsi que la première personne noire, et d’origine indienne, à occuper cette fonction mercredi.  

“Bien que nous soyons séparés physiquement, nous, les Américains, sommes unis par l’esprit”, a ajouté l’ex-sénatrice démocrate de 56 ans. 

 

Une infirmière, Lori Marie Key, qui s’est occupée de malades du Covid-19, a ensuite chanté “Amazing Grace” comme elle l’avait fait dans son hôpital en avril, filmée à l’époque dans une émouvante vidéo qui avait fait le tour du pays. La chanteuse de gospel Yolanda Adams a conclu la cérémonie en chantant “Hallelujah”.

Reclus dans la Maison Blanche, Donald Trump, qui quitte le pouvoir au plus bas dans les sondages et coupé d’une partie de son camp, s’est lui contenté d’un message vidéo pré-enregistré en guise de discours d’adieu à l’issue d’un mandat marqué par une avalanche de scandales, deux “impeachments” et un assaut meurtrier du Capitole. 

S’il a pour la première fois mardi souhaité la réussite de la nouvelle administration, il n’a à aucun moment félicité son successeur, ni prononcé son nom, comme vous pouvez le voir ci-dessous

Celui qui pendant plus de deux mois a refusé le verdict des urnes en dénonçant des fraudes imaginaires va devenir le premier président à ne pas assister à la prestation de serment de son successeur depuis 150 ans.

À voir également sur Le HuffPost: La Maison Blanche en plein déménagement avant le départ de Trump





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.