Loi recherche: le délit d’intrusion censuré par le Conseil constitutionnel


Anadolu Agency via Getty Images

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, quittant l’Elysée le 23 septembre 2020  (Photo by Julien Mattia/Anadolu Agency via Getty Images)

RECHERCHE – Le Conseil constitutionnel a censuré ce lundi 21 décembre la disposition de la loi recherche instaurant un délit réprimant l’intrusion dans les universités, a-t-il annoncé dans un communiqué. Saisi par des parlementaires de gauche, le Conseil constitutionnel a validé la loi de programmation de la recherche (LPR), adoptée définitivement par le Parlement en novembre, et qui doit être bientôt promulguée.

Mais il en a censuré deux dispositions, dont l’une, ajoutée in extremis par voie d’amendement au Sénat, prévoyait de sanctionner les intrusions de personnes extérieures sur les campus universitaires.

Le Conseil constitutionnel a jugé qu’il s’agissait d’un “cavalier législatif”, c’est-à-dire sans lien avec le texte initial, qui ne comportait notamment pas de disposition pénale, explique-t-il dans sa décision.

Cet amendement, introduit par le sénateur Laurent Lafon (Union centriste), rendait toute intrusion dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur “dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre”, passible d’un an d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende (trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende si c’était en réunion).

Etaient visés “les groupuscules extérieurs”, type black blocs, qui se greffent à des contestations étudiantes pour “troubler la tranquillité”. L’article 38 avait provoqué un tollé au sein de la communauté universitaire, qui avait dénoncé une mesure “liberticide”.

Il devra donc être retiré de la loi, dont la promulgation est attendue prochainement.

La loi recherche a soulevé un large mouvement de contestation au sein de la communauté scientifique et universitaire, opposée à une réforme jugée “en trompe-l’oeil” et qui risque, selon ses détracteurs, de faire “exploser” la précarité des chercheurs et enseignants-chercheurs.

Les Sages ont en outre émis une “réserve d’interprétation”, c’est-à-dire une clarification, sur un article créant de nouvelles voies de recrutement, des “chaires de professeurs junior”. Ils ne suppriment pas leur création, mais empêchent les présidents d’universités de s’immiscer dans l’appréciation des mérites des futurs candidats à ces chaires.

Créées sur le modèle américain, ces nouvelles voies de recrutement doivent permettre, au bout de trois à six ans, d’intégrer plus directement le corps des professeurs des universités ou directeurs de recherche.

À voir également sur Le HuffPost: Malgré le confinement, cette étudiante réussit à garder sa motivation, et un lien avec sa promo



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.