« Lupin » sur Netflix: avec Omar Sy, l’œuvre de Maurice Leblanc prend une dimension sociale


SÉRIES – Pas de haut de forme ni de monocle pour Omar Sy dans “Lupin”. Pour Netflix, l’acteur se glisse dans la peau d’Assane Diop, un voleur professionnel admirateur d’Arsène Lupin, ancré dans le Paris d’aujourd’hui. Et 100 ans après la naissance du personnage de Maurice Leblanc, “Lupin” prend une dimension sociale et politique.

25 ans plus tôt, la vie du jeune Assane Diop a été bouleversée lorsque son père, chauffeur d’un richissime homme d’affaires, est accusé d’un vol qu’il n’a pas commis et meurt en prison. Aujourd’hui devenu père de famille (Ludivine Sagnier joue son ex-compagne), il s’inspire des méthodes et des textes du héros de son enfance pour venger son paternel et traquer ceux qu’il tient pour responsables de ce complot. 

Le Arsène Lupin de Maurice Blanc, “c’est La Belle époque, celle du triomphe de la bourgeoisie, des maisons riches remplies d’objets de valeur à dérober”, décrit Jacques Derouard, biographe de l’auteur et coéditeur des aventures lupiniennes. Au fur et à mesure des ouvrages d’ailleurs, “le gentleman cambrioleur devient lui-même un bourgeois”, “très attaché à ses biens” qui “se retire dans sa propriété pour (…) profiter de ses richesses”. 

Et si pour le spécialiste, Arsène Lupin est “résolument anarchiste puisqu’il vole des riches qui se montrent impitoyables envers les pauvres”, la version d’Omar Sy évoque bien plus directement la question des inégalités sociales, mais aussi raciales. Au fil des 5 épisodes de 40 minutes de cette première partie disponible ce vendredi 8 janvier, le personnage d’Assane Diop confronte un maître priseur qui a dû mal à croire qu’un homme noir puisse être multimillionnaire, se glisse dans le costume d’un “invisible” homme de ménage au Louvre ou évoque la Françafrique.

“On a des gens qui peuvent être invisibles dans notre société: on ne regarde pas vraiment les mecs qui passent le balai… Et je trouvais important d’en parler dans la série et intéressant que le personnage s’en serve”, explique Omar Sy sur le plateau de l’émission Quotidien. Pour l’acteur de bientôt 43 ans, “le Lupin de Maurice Leblanc est quelqu’un qui a une vision claire de la société dans laquelle il vit. Donc ce personnage-là (en 2021, NDLR) doit aussi faire cette analyse et s’en servir.”

Emmanuel Guimier/Netflix

« Il y a des gens invisibles dans notre société : on regarde pas vraiment les mecs qui passent le balai… », assure Omar Sy (ici en Assane Diop dans la série « Lupin »)

Un avis partagé par le showrunner et scénariste britannique George Kay (“Criminal”, “Killing Eve”) qui tenait à ajouter du relief à ce personnage centenaire plutôt que de se contenter de le transposer au 21e siècle. “Je voulais montrer la France à travers les yeux d’un personnage d’origine ethnique différente (…), qui sans être un Robin des bois pourrait faire éclater la bulle de l’Establishment français”, confie-t-il à l’AFP.

C’est Louis Leterrier, réalisateur français installé à Hollywood (“Le Transporteur”, “Danny the dog”) et proche d’Omar Sy, qui signe les trois premiers épisodes. Et pour les deux amis, l’envie d’injecter à l’histoire cette dimension-là était présente dès les premières discussions. “On se disait: ‘Au ciné, quand tu vois un Noir avec un balai, c’est un balayeur. Et quand il met un costume, c’est un prince, un millionnaire…’ On a utilisé cette espèce de ‘peur de l’homme noir’ comme arme secrète du film”, développe-t-il dans le numéro de janvier 2021 du magazine Première. ”Avec ce ‘Lupin’, on est dans des thèmes forts, actuels”, revendique encore le réalisateur.

Des “thèmes forts, actuels”, dixit le réalisateur de “Lupin”, qui s’intègrent avec justesse (pour ce qu’on en a vu) dans une série qui reste avant tout un divertissement familial, rythmé par une intrigue et des casses joliment mis en scène, et truffé de références à l’œuvre de Maurice Leblanc du vol du collier de la reine à la ville d’Etretat.

La première partie, en 5 épisodes, est disponible depuis ce vendredi 8 janvier sur Netflix. La deuxième partie, en 5 épisodes déjà tournés, n’a pas encore de date de sortie. Et Omar Sy s’est déjà prononcé ”évidemment partant” pour une saison 2. 

À voir également sur Le HuffPost: Tous les films que le confinement vous a empêché de voir et qui sortiront (normalement) en 2021



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.