Ma dépression agit comme un tsunami. mais j’arrive enfin à sortir la tête de l’eau – BLOG


DÉPRESSION – Dépression. Ce me paraissait flou il y a encore quelques mois, et pas uniquement parce que je suis myope. J’en avais vaguement entendu parler : pour moi c’était un peu l’équivalent de la crise de la quarantaine. D’un seul coup, la personne pétait un câble et ne se reconnaissait plus dans sa propre vie. Et bien non. Il paraît que ça peut arriver à 25 ans, même à 18 et même avant.

Des pressions. Comme une soupape qui explosait, sous le poids de trop de pression. Quand je parle de pression, je ne parle évidemment pas de la bière, mais bien de la pression du quotidien. Les enfants, le travail, les études, ou même des petites choses qui s’amoncellent, tel un petit tas d’irritations, qui rendent la vie plus lourde, plus difficile à porter. On tient ce gros sac souvent un moment : des mois, des années, une moitié de la vie pour certain. Et puis un jour, PAF, tout explose.

Un tsunami

Et là, c’est un grand chamboulement. Tel un tsunami, la dépression rase tout sur son passage. Adieu l’estime de soi, adieu l’énergie, l’envie, le sommeil, la joie, la libido, ou même l’envie de vivre. Et parce que sinon ça ne serait pas drôle, cette maladie fait également des dommages collatéraux : la famille, les amis, sont aussi impactés, surtout par leur impuissance à aider. Ils peuvent tenter, souvent maladroitement de “réveiller” la personne qui semble endormie, mais ça revient à parler à la belle au bois dormant, avant que son prince n’arrive.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés. Pour savoir comment proposer votre témoignage, suivez ce guide!

Je suis moi-même, depuis deux ans, cette belle endormie (bon je m’emporte un peu, disons cette personne de beauté approximative qui ronfle depuis deux ans). Deux ans. Deux ans que j’attends mon prince, qui prend souvent la forme de pilules multicolores, que j’avale, dans l’espoir de me réveiller. Les petits nains autour de moi (attends, je ne me trompe pas de conte là?), essaient de me donner des conseils: “bouge plus”, “mange mieux”, “et si tu te mettais au yoga ou aux smoothies concombre/gingembre?”. Si c’était si facile. Et si au moins on avait, surtout dans les formes les plus sévères, la possibilité d’agir. Ou même l’envie.

Se réveiller et aller mieux

Après deux ans de combat, je vais quand même mieux. Je dors mieux, j’ai retrouvé l’appétit, je peux reprendre certaines activités, comme la lecture (oui parce qu’un dépressif à la capacité mémorielle d’une mouche: il doit lire trois fois la même phrase pour au final … ne pas la comprendre). Mais tout ceci reste fragile: je me sens comme un mur de papier, qui peut à n’importe quel coup de vent, ou même juste un souffle, s’effondrer. Et cette fragilité restera, peut-être pas aussi présente, mais tout de même toujours en moi.

Voilà ce que j’avais à dire, que dis-je, de crier : la dépression, c’est compliqué. Non, en fait, c’est horrible. Et surtout, ça peut toucher tout le monde, à n’importe quel moment de sa vie. Alors si vous vous sentez concernés par les lignes écrites plus haut, n’attendez pas pour agir. Car plus l’attente est longue, plus la chute est profonde.

Mais la dépression, on peut aussi en guérir. Alors courage à mes frères et sœurs de combat et à leur famille. Des jours meilleurs vous attendent, je vous le promets.

Vous pouvez suivre Charlotte Joly sur sa page Facebook BDépression sans pression.

À voir également sur Le HuffPost: Maladie mentale, trouble psychique: comment parler de ces maux qui touchent parfois nos proches?



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.