Pour le grand oral du bac, la voix ou l’humour compteront-ils? Un document sème le trouble

[ad_1]

Getty Images

La voix ou l’humour compteront-ils pour le grand oral du bac? Un document de formation sème le trouble

POLITIQUE – Le sens de l’humour, la tenue vestimentaire, ou le timbre de voix seront-ils des critères pour l’obtention du prochain bac? C’est ce que laisse penser un document publié par un professeur de philosophie, mercredi 2 décembre sur les réseaux sociaux et devenu viral depuis.

Selon cette grille d’évaluation, à retrouver ci-dessous, une “voix perçante” ou “nasillarde” comme une tenue vestimentaire “propre” ou un comportement physique “raide” seront autant de bonus ou malus donnés au lycéen dans la note de son grand oral, nouvelle épreuve emblématique du bac Blanquer.

Contacté par Le HuffPost, le ministère de l’Éducation nationale entend couper court à toute polémique en expliquant que cette grille a été présentée lors d’une réunion pédagogique comme un document de travail provenant du Québec. Et qu’elle ne correspond en rien à la grille réellement proposée, qui restera  d’ailleurs un document indicatif, donc pas obligatoire, pour les professeurs.  

“Une personne a tweeté en temps réel pendant toute une formation à distance -ce qu’on appelle une formation Magistere- et n’a vu qu’en fin de formation qu’il s’agissait d’une grille venue du Québec et utilisée à titre d’exemple”, nous confirme l’entourage de Jean-Michel Blanquer, après que l’académie de Bordeaux -de là où le document a fuité- a parlé à franceinfo d’une grille ”à visée illustrative.” 

Le professeur de philosophie estime, lui, auprès du site d’informations que les choses n’ont pas été présentées de manières aussi claires. “Cela n’était aucunement présenté comme un document servant à présenter ce qui se faisait à l’étranger. Ni dans le module de formation, ni au cours de la visioconférence, jamais ce document n’a été présenté en ces termes”, argue-t-il.

Que dit la véritable grille de l’Éducation nationale?

La grille polémique a depuis été “supprimée de l’espace de formation Magistere en raison de ce tweet”, nous explique le ministère l’Éducation nationale, ajoutant: “La grille nationale du grand oral n’est pas du tout la même et a été présentée à la fin de cette formation.”

Alors, quels sont les critères réellement indiqués? Le document du ministère, à retrouver en suivant ce lien expurge effectivement toutes les mentions à l’humour, l’hygiène de la tenue, ou le caractère grave, aigu, ou nasillard de la voix et se borne bien davantage aux habituels “discours fluide, efficace” ou “connaissances précises, capacité à les mobiliser.”

Cette grille est d’ailleurs “indicative”, tient à préciser l’entourage de Jean-Michel Blanquer au HuffPost: “Les professeurs peuvent l’utiliser, mais ce n’est pas obligatoire.”

Pas de quoi calmer l’inquiétude de certains enseignants, qui pointent l’essence même de l’épreuve dessinée par le ministre de l’Éducation nationale. “Il ne faudrait pas que cela se transforme en une évaluation des compétences acquises dans le milieu social”, explique Christophe Girardin, représentant du Snes-FSU dans la Marne à franceinfo, redoutant que le grand oral favorise les enfants issus de milieux favorisés, au détriment des autres.

À voir également sur Le HuffPost“Rien n’a changé”: elle nous explique pourquoi la situation sanitaire dans son lycée l’inquiète



[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.