Pour retrouver les auteurs des violences au Capitole, les autorités américaines les affichent dans les arrêts de bus


ÉTATS-UNIS – Jamais le Capitole n’avait été le théâtre d’un tel déferlement de violences. Et les autorités américaines n’hésitent pas à utiliser les grands moyens pour retrouver les auteurs, y compris en affichant leur visage dans des espaces publicitaires. 

Comme l’a remarqué un de nos confrères du HuffPost américain, des avis de recherche avec les photos des personnes incriminées ont été placardés dans certains arrêts de bus de Washington, moins de 48 heures après les faits.

Comme souvent aux États-Unis, une récompense a été promise pour certains cas considérés comme particulièrement dangereux. C’est notamment le cas de l’individu soupçonné d’avoir placé onze cocktails molotov dans un véhicule garé près du Congrès.

Cet homme en particulier a été interpellé dès vendredi, avec quatorze autres personnes parmi lesquelles Richard Barnett, qui s’était introduit dans les bureaux de la présidente de la Chambre des représentants, où il avait posé les pieds sur le bureau pour les caméras avant de laisser un message. 

Adam Johnson, le trentenaire photographié tout sourire en train d’emporter le pupitre de Nancy Pelosi, a aussi été inculpé le même jour. 

Le “Shaman de QAnon” arrêté et inculpé

Ce samedi 9 janvier, trois nouvelles arrestations ont eu lieu, concernant cette fois des individus dont les photos ont fait le tour du monde. 

Jacob Anthony Chansley, alias Jake Angeli, le complotiste torse nu, coiffé de cornes de bison et peinturluré qui avait aimanté photographes et caméras aux quatre coins du Capitole, a été arrêté et inculpé d’intrusion illégale et de conduite violente au Capitole, a indiqué le ministère dans un communiqué

“Cet individu était armé d’une lance de deux mètres de long avec un drapeau américain attaché juste sous la lame”, souligne le communiqué.

Plusieurs chefs d’inculpation ont été prononcés à l’encontre des partisans de Donald Trump: intrusion et désordre dans un bâtiment fédéral, intrusion violente ou encore vol.  Aucun chef d’inculpation ne fait référence à une “insurrection” ou “incitation à la violence” et des poursuites de ce type ne sont pas envisagées à ce stade, avait déclaré vendredi un représentant du bureau du procureur fédéral de Washington.

D’autres arrestations et inculpations auront lieu. “Nous avons littéralement des centaines de procureurs et d’agents qui travaillent depuis trois centres de commande, 24H/24 et 7 jours sur 7”, avait ajouté le responsable.

Par ailleurs, la justice locale a procédé à une quarantaine d’inculpations liées aux manifestations des pro-Trump à Washington mercredi, notamment pour violation du couvre-feu mis en place après l’assaut sur le Capitole, ou pour des infractions aux lois sur les armes à feu dans la capitale fédérale.

À voir également sur Le HuffPost: Avant Washington, un autre Capitole avait déjà été envahi par des “patriotes” américains



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.