Rave party à Lieuron: l’ARS Bretagne appelle les teufeurs à s’isoler


AFP

La rave party de Lieuron le 1er janvier 2021 (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

CORONAVIRUS – La fête est finie. Après 36 heures passées devant les amplis de hangars désaffectés à Lieuron, près de Rennes, les quelques 2500 teufeurs du Nouvel an ont finalement quitté les lieux ce samedi, le 2 janvier. Non sans passer par une verbalisation pour 1200 d’entre eux, a annoncé la préfecture de Bretagne. Ce sont désormais des questions sanitaires qui se posent. 

Au-delà du non respect du couvre-feu, les participants à cette rave party ont bien souvent dansé sans masque et sans respecter les gestes et distances barrières. Présente dans le hangar pour faire de la prévention des risques, l’association Techno+ assure avoir tout de même distribué gel et masques dès le début.

A cela sont venus s’ajouter les renforts de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne comme l’explique Stéphane Mulliez, son directeur, à France Bleu: “Nous avons mis à disposition sur le site de nombreux équipements de protection individuels: plus de 4000 masques chirurgicaux, ainsi que 540 tests antigéniques pour pouvoir faire des dépistages de manière anticipée”.

Un centre de dépistage avait également été mis en place à Lieuron, à indiqué dans la matinée de ce samedi la préfecture, invitant les participants à venir se faire tester. “Ils ont mis leur vie en danger, leur santé, il faut maintenant que ces personnes préservent leur entourage”, a expliqué le préfet en conférence de presse, ajoutant qu’était venu le temps de la “phase d’une responsabilité retrouvée”.

Pas de quoi rassurer complètement Stéphane Mulliez quant au risque de propagation du coronavirus que pose cette rave party. L’Ille-et-Vilaine avait en cette fin décembre un taux d’incidence avoisinant les 60 pour 100.000 personnes. Si l’on rapporte ce ratio à la rave party, on peut estimer qu’une personne au moins était infectée par le Covid-19 dans cette fête.

Le directeur de l’ARS estime que tous les teufeurs doivent désormais se considérer comme cas contact. “On demande à ce que tous les participants puissent s’isoler, strictement, à leur domicile pendant sept jours, sans attendre d’avoir des symptômes ou de faire un dépistage. Il faudra ensuite aller se faire dépister le septième jour qui a suivi l’exposition au risque”. Des conseils également relayés sous forme de flyers et diffusés notamment sur Twitter.

Les indicateurs épidémiques devraient être surveillés les prochaines semaines comme le lait sur le feu. Le député d’Ille-et-Vilaine Florian Bachelier (LREM) a dénoncé sur son compte Twitter un “rassemblement de zadistes” faisant “honte à notre pays, à nos soignants mobilisés depuis des mois, à nos morts”. 

À voir également sur Le HuffPost: La rave party à Lieuron se termine après une deuxième nuit de fête





Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.