Sécurité globale: un commissaire filmé frappant un manifestant, enquête administrative ouverte

[ad_1]

Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Des policiers lors du rassemblement contre la loi sécurité globale le 30 janvier 2021, place de la République à Paris.

ENQUÊTE – La manifestation avait débuté dans le calme. Ce samedi 30 janvier, un rassemblement contre la loi sécurité globale a réuni plusieurs centaines de personnes Place de la République à Paris. Dans le viseur des manifestants, le texte sur la “Sécurité globale” présenté cet automne, et notamment son article 24 qui pénalise la diffusion malveillante d’images de membres des forces de l’ordre.

En fin d’après-midi, vers 17h, une heure avant le couvre-feu imposé par le Covid, des heurts ont éclaté entre une cinquantaine de jeunes, principalement de la mouvance ultra gauche, et les forces de l’ordre, alors que les organisateurs avaient annoncé la dispersion. 

Après des jets de projectiles, les forces de l’ordre ont utilisé des canons à eau et la place a été évacuée vers 17h30. Mais certaines images ont particulièrement choqué les internautes.

Le commissaire sera entendu par sa hiérarchie

Dans des vidéos publiées par les journalistes Clément Lanot et Rémy Buisine, on peut notamment voir un policier en train de donner une longue série de coups de matraque à un manifestant assis.

L’homme tente de se défendre en donnant des coups de pied, mais le commissaire de police continue de le frapper pendant au moins une quinzaine de secondes, selon les vidéos de nos confrères.

“Le préfet de police a ouvert une enquête administrative” à l’encontre d’un commissaire de police “afin d’avoir des explications sur les circonstances” de cet évènement, a appris le HuffPost de source policière, confirmant une information de LCI et de l’AFP. Cette même source confirme que “le policier sera entendu par sa hiérarchie et la cellule déontologique de sa direction”.

L’IGPN, la police des polices, n’a toutefois pas été saisie à ce stade. “On va voir ce qui se passe, s’il y a une plainte, si la personne a été blessée ou s’il y a eu des coups avant , ajoute cette source policière au HuffPost. On ne peut pas faire l’enquête avant d’avoir tous les éléments.”

Sur l’ensemble de la France, les manifestations ont rassemblé 32.770 personnes, selon les chiffres donnés par le ministère de l’Intérieur en soirée. À 19h, 26 gardes à vue étaient en cours, prises en marge de la manifestation, selon le parquet de Paris.

À voir également sur Le HuffPostLa mise au point (très applaudie) de Gérard Larcher sur la loi sécurité globale



[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.