Selon une étude, un Français sur 20 aurait été contaminé par le Covid-19 durant la première vague


Une étude menée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) révèle qu’un Français sur 20 a été touché par le coronavirus lors de la première vague.

Une nouvelle étude sur le Covid-19 a été publiée ce vendredi 9 octobre par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Elle affirme qu’en mai dernier, un Français sur 20 a été contaminé par le virus. Elle explique ensuite que 4,5% de la population a développé des anticorps contre le Sars-CoV-2. Cette étude repose sur les données recueillies par l’enquête nationale EpiCov, réalisée sur un échantillon représentatif de la population: 12.114 personnes qui ont été testées par un autoprélèvement à domicile. Cela permet d’estimer la séroprévalence du Sars-CoV-2, c’est-à-dire, la proportion de personnes âgées de 15 ans ou plus avec des anticorps contre le virus.

Vivre dans une grande ville est un facteur

L’étude de la Drees permet également d’identifier différents facteurs qui peuvent influencer la proportion de personnes contaminées par le Sars-CoV-2. Vivre dans une grande ville comme Paris, Lyon ou Marseille, mais aussi avec au moins 5 personnes dans un logement plus ou moins étroit peut accentuer la séroprévalence. 6,4% des Français vivant une ville très dense ont été contaminés par le coronavirus, contre seulement 3,4% pour les communes avec un faible nombre d’habitants. Et 8,5% des Français qui vivent dans un foyer d’au moins 5 personnes ont été en contact avec le virus, ce qui est supérieur comparé à ceux qui vivent seul (2,1%) ou à deux (2,7%).

L’étude a montré que la séroprévalence était particulièrement élevée à Paris (9%), dans les départements de la petite couronne (9,5%) et le Haut-Rhin (10,8%), des territoires particulièrement touchés par l’épidémie de Covid-19 pendant la première vague au printemps.

Le sexe et l’âge en cause aussi

La proportion de personnes contaminées varie également selon le sexe et l’âge. Les femmes (5%) sont ainsi plus nombreuses à avoir développé des anticorps par rapport aux hommes (3,9%). La séroprévalence est la plus élevée chez les adultes de 30 à 49 ans (6,9%), et s’abaisse à 3,6% chez les jeunes de 15 à 20 ans et n’est que de 1,3% chez les personnes âgées de 65 ans ou plus.

A lire aussi: Comment repérer un menteur pas SMS ? Une étude dévoile tout

Publié par Elisa le 09 Oct 2020



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.