Un reconfinement local serait-il utile pour limiter le regain de l’épidémie?

[ad_1]

CORONAVIRUS – Alors que les Français ont pu profiter d’un allégement des restrictions sanitaires pour les fêtes, cette trêve pourrait n’être que de courte durée. Ce mardi 29 décembre, Emmanuel Macron consultera ses ministres et des scientifiques à l’occasion d’un nouveau conseil de défense sanitaire, a annoncé l’Élysée. Le gouvernement pourrait décider la mise en place de reconfinements localisés, demandés en urgence par certains élus et soignants pour faire face à une résurgence de l’épidémie de Covid-19 dans l’Est de la France.

En effet, il existe dans certains territoires des poches de contaminations où la situation se dégrade. Les hôpitaux des régions Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes arrivent au seuil de la saturation. Ces difficultés locales contrastent avec la situation nationale, qui sans être bonne, reste sous contrôle: le nombre de nouvelles contaminations, hospitalisations et admissions en réanimation est élevé, mais relativement stable depuis deux semaines, selon Santé Publique France. 

Face à ce constat doublé de la menace d’une explosion des cas à cause des retrouvailles familiales, l’idée du confinement local séduit. Cette solution a déjà  été mise en œuvre, notamment lorsque certains pays ont dû affronter une deuxième vague de Covid-19. C’est le cas à Melbourne la deuxième ville d’Australie, début juillet et à Madrid, début octobre. Il s’agit de reconfiner des zones où le virus circule le plus activement, sans l’imposer là où la situation est relativement maitrisée. 

Très efficace à petite échelle

Le confinement local a déjà montré son efficacité, à petite échelle. Des chercheurs de l’université de Padova et de l’Imperial College à Londres ont ainsi observé qu’un confinement local permet de réduire drastiquement la progression de l’épidémie. Selon cette étude parue en avril 2020, les 3000 habitants de la municipalité de Vo en Italie ont même réussi à se débarrasser temporairement du Covid-19, grâce à de telles mesures.

Une synthèse de la revue de médecine BMJ explique que dans ce cas-là, ces mesures ont été couplées avec un dépistage des personnes qui n’ont pas de symptômes. Or pour tester les asymptotiques, il faut retracer les contacts des malades. Dans les territoires les plus touchés en France, le nombre de contaminations est trop important pour que le tracing soit fiable. Une autre solution existe pour détecter les asymptomatiques, le dépistage massif : tester une grande proportion de la population d’un seul coup. Mais il est difficile de mobiliser autant de personnes, si elles ne sont pas obligées de se faire dépister. Au Havre seulement 11% de la population s’est présentée dans les lieux de tests en 6 jours, alors que le seuil de 50% était espéré.

De plus, si les résultats de l’étude sur la ville de Vo impressionnent, il n’est pas démontré qu’un confinement local puisse être mis en place dans un territoire plus vaste et plus dense. Les grandes villes sont des “hubs”, dont il est difficile de couper toutes les connexions avec l’extérieur. La Chine, qui a régulièrement imposé des confinements ciblés, affirme que c’est efficace au prix d’une très grande fermeté. De telles privations de libertés ne seraient pas envisageables en France. Alors que les informations communiqués par les autorités chinoises suscitent des doutes depuis plusieurs mois, il est aussi difficile de savoir ce qui relève dans ces cas-là, des faits ou de la propagande. 

Les spécificités territoriales rendent également les exemples difficilement transposables. La circulation du virus est soumise à de nombreux facteurs et les différences réglementaires locales n’aident pas à comparer. Parmi eux, l’âge de la population, la taille du territoire et sa densité, le respect des consignes, la proportion de malades avant les mesures, la durée des restrictions. Concrètement, ce qui semble être efficace dans un endroit n’est peut-être pas efficace ailleurs.

Pour Didier Guillemot, épidémiologiste à l’Institut Pasteur, il faut tenter le coup quand même. Selon lui, la solution d’un confinement local pourrait soulager les régions françaises les plus touchées. Elle a l’énorme avantage d’éviter de faire peser les conséquences économiques, mais aussi psychologiques d’un confinement au reste des Français, qui risqueraient d’exprimer de vives résistances à une éventuelle 3e période d’isolement. 

Cette solution vient d’être adoptée en catastrophe par le Royaume-Uni, le 20 décembre. Alors qu’une partie des citoyens britanniques ont pu Noël, Londres et le sud-est de l’Angleterre sont sous cloche, en réponse à la découverte d’une nouvelle souche du coronavirus, désormais localisée dans plusieurs pays, et qui serait 50% plus contagieuse selon une étude de London School of Hygiene and Tropical Medicine.  

Dans le Grand Est, les élus pressent

Dans le Grand Est, plusieurs élus pressent pour la mise en œuvre sans tarder de mesures ciblées similaires: “Je pense que la perspective du reconfinement est inéluctable”, a déclaré ce lundi 28 décembre sur France Info le maire (PS) de Nancy, Mathieu Klein, tout en laissant à l’État le soin d’en fixer le périmètre, qui pourrait être celui de la région ou de la métropole. Il avait déjà lancé un appel similaire la semaine dernière, tout comme le maire (LR) de Reims Arnaud Robinet.

“En Lorraine et à Nancy (…) la circulation du virus s’est accélérée fortement depuis quinze jours”, a fait valoir le maire de Nancy, “très inquiet” au regard d’une situation déjà “très tendue” avant même les réveillons de Noël et du Nouvel An. “Nous sommes passés de 117 à 163 patients hospitalisés pour le Covid”, ceux-ci occupant désormais “la moitié des lits de réanimation”, a-t-il précisé. 

Même son de cloche chez le président (LR) de la région Grand Est. “La courbe n’est pas horizontale, elle remonte en termes de circulation du virus, et donc la question se pose d’avoir recours à un nouveau confinement”, a déclaré à l’AFP Jean Rottner, médecin urgentiste, qui estime que “le plus tôt sera le mieux et espère qu’une telle décision sera prise dès mardi.

Lors du premier déconfinement, des mesures localisées avaient finalement été mises en place, séparant la France en plusieurs zones. Mais elles restent difficiles à appliquer, car le pays a traditionnellement une organisation centralisée: “Qui va gérer ces reconfinements locaux? Les présidents de région? Les préfets? Ce ne sont pas forcément les mieux placés” souligne l’épidémiologiste Didier Guillemot, pour 20minutes. Si des dispositions locales sont prises, elles pourraient créer des disparités et certains citoyens pourraient être tentés de se déplacer dans d’autres départements.

Vers un confinement à l’échelle de l’Europe ? 

D’autant plus que les habitants des zones confinés pourraient aussi fournir des efforts vains si la situation se dégrade à grande échelle, à cause des réveillons et du recul du télétravail, notamment. “Nous saurons vite si les rassemblements familiaux et festifs auront un impact”, lançait le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview au JDD ce 27 décembre, sans exclure l’hypothèse d’un troisième confinement de la population.

Rien n’est tranché donc, d’autant plus que l’idée d’un confinement local ne fait pas l’unanimité chez les scientifiques. De nombreux spécialistes du Covid-19 ont lancé un appel le 18 décembre dans les colonnes de la revue scientifique The Lancet. Pour eux, il est urgent de reconfiner à l’échelle européenne. La circulation du virus est trop importante pour que l’on puisse identifier à temps les cas contacts et isoler les malades en Europe. Si la situation empire, les confinements devront être stricts et s’inscrire dans la durée. Pour les auteurs de cet appel à des restrictions, un confinement généralisé et court dès maintenant est préférable. Il pourrait permettre un retour à une situation sous contrôle relatif, sans trop affecter l’économie. 

À voir également sur Le HuffPostCovid-19: ils ont reçu les premiers vaccins contre le virus en France

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.