Voici ce que ressent votre corps quand vous êtes au chômage


CHÔMAGE – La perte d’un emploi fait partie des événements les plus stressants qu’on puisse connaître au cours d’une carrière, surtout si elle survient brutalement. Ce stress est encore amplifié si l’incident se produit pendant la pandémie de coronavirus. Le licenciement provoque non seulement la disparition de revenus fixes, mais génère aussi parfois un sentiment d’inutilité, nous prive d’une routine et de l’entourage des collègues, au point d’affecter même la santé physique.

“Souvent, les gens se demandent pourquoi ils se sentent si tristes et déprimés d’avoir perdu leur emploi, sans prendre conscience que tout ce qu’ils ont perdu forme un vide conséquent”, explique Lisa Orbé-Austin, psychologue spécialisée dans les transitions professionnelles. “Cela suscite une sorte de déchirement, d’autant plus s’il est soudain.”

Votre esprit et votre corps vous envoient des signaux qui indiquent que cette mise au chômage vous touche davantage que vous ne le pensez.

Vous n’arrivez plus à dormir ou vous dormez trop

Les troubles du sommeil sont l’un des signes qui montrent que votre santé en pâtit.

Selon Kristin Bianchi, psychologue au Center for Anxiety and Behavior Change, dans le Maryland, ils peuvent se manifester par des difficultés d’endormissement, un sommeil trop léger ou trop bref,

Il n’est pas grave de souffrir d’insomnies pendant une ou deux nuits mais, si le problème devient récurrent, il faut le prendre en compte. “Quand les troubles persistent sur la durée, ce n’est pas normal”, poursuit-elle.

Le stress que vous ressentiez au travail ne vous quitte pas une fois que vous avez été congédié. Patricia Haynes, maîtresse de conférences au département des sciences de promotion de la santé de l’université de l’Arizona, a mené des recherches sur les conséquences sanitaires à long terme des sources de stress professionnelles pendant le chômage. L’une des études a démontré que les personnes dont les sources de stress les freinent dans le bon déroulement de leur activité, telles que l’insécurité ou les problèmes d’organisation, ont plus de chances de souffrir d’insomnie une fois au chômage.

“Plus on nous rapportait d’obstacles – d’ordre politique ou hiérarchique, par exemple, toutes ces choses qui empêchent de se sentir bien au travail – plus la probabilité de souffrir d’insomnie longtemps après le licenciement était élevée”, indique-t-elle.

Votre santé mentale se détériore

Plus la période de chômage se prolonge, plus on risque de sombrer dans la dépression, selon un sondage Gallup réalisé auprès de 356 000 Américains. Dans ce pays, 20% des chômeurs de longue durée (une année ou plus) étaient susceptibles d’être traités ou d’avoir été traités contre la dépression.

Kristin Bianchi indique qu’il existe deux signes caractéristiques de la dépression chez les chômeurs: un faible intérêt pour les activités auxquelles ils s’adonnaient auparavant, et un moral en berne la majeure partie du temps sur une période de deux semaines. “Cela peut s’apparenter à de la tristesse, à une déprime, ou même à de la colère et de l’irritabilité.”

Changement de votre personnalité et mauvaise humeur généralisée

Une étude publiée en 2015 dans le Journal of Applied Psychology suggère que le chômage peut provoquer des modifications de la personnalité.

Sur les 6 769 adultes allemands ayant participé à cette étude, composée de tests de personnalité étalés sur quatre ans, ceux qui avaient perdu leur emploi au cours de l’expérience rapportaient une forte variation de leur amabilité, comparés à ceux qui avaient conservé leur emploi. Chez les femmes, chaque année voyait une baisse de l’affabilité. Les hommes disaient être plus agréables pendant les deux premières années, puis devenir de plus en plus irritables.

Pour les chercheurs, ces évolutions sont peut-être dues au changement de perspective qui se produit après une longue période d’inactivité. “Les premiers mois, ces personnes sont souvent incitées à se montrer amènes, dans le but de plaire aux recruteurs ou à leur entourage. Mais quand la situation s’installe, ces encouragements peuvent faiblir”, avancent les auteurs de l’étude.

Douleurs, migraines et l’estomac barbouillé

En cas de stress, vos muscles se tendent pour vous protéger contre une menace; c’est la réponse combat-fuite du corps. Mais l’état d’alerte permanent peut entraîner des problèmes chroniques, comme des migraines. Les élancements dans les lombaires et les membres supérieurs, notamment, seraient liés au stress professionnel, précise l’Association américaine de psychologie.

Le cerveau et le ventre communiquent constamment, ce qui explique que le stress causé par la perte d’emploi se traduise parfois par des troubles digestif. “Les symptômes gastro-intestinaux apparaissent souvent en cas d’anxiété. On nous fait souvent part de maux d’estomac ou d’autres problèmes de ce genre, ou encore de migraines et de douleurs musculaires”, détaille Kristin Bianchi.

Votre appétit n’est plus le même

Avec le stress, on peut aussi bien gagner en appétit que perdre l’envie de manger. Cette faim inhabituelle “peut s’accompagner de perte ou de prise de poids car nos habitudes sont bouleversées”, commente Kristin Bianchi.

«Quand on a l’impression de n’avoir pas grand-chose qui compte, ni salaire ni travail, la routine peut devenir un élément sur lequel s’appuyer»

– Lisa Orbé-Austin, psychologue

Quelques techniques pour ne pas perdre pied pendant une période de chômage

Établissez une routine. Quand le cadre d’une journée rythmée par le travail disparaît, il est important de se constituer une nouvelle routine qui donne envie de s’habiller et de commencer la journée, insiste Lisa Orbé-Austin. On peut opter pour de l’exercice physique, un rendez-vous pour déjeuner ou des pauses dans la recherche d’emploi. Si le confinement vous empêche actuellement de voir vos amis, n’hésitez pas à vous retrouver entre proches, par exemple pour jouer en ligne ensemble.

“Quand on a l’impression de n’avoir pas grand-chose qui compte, ni salaire ni travail, la routine peut devenir un élément sur lequel s’appuyer”, poursuit notre spécialiste.

Du point de vue de Patricia Haynes, il peut être intéressant pour les personnes au chômage de se lever chaque jour à la même heure, de prendre des repas complets et de développer une routine personnelle.

Lancez-vous dans une nouvelle activité. Quand on perd son travail et que la recherche d’emploi stagne, on a parfois la sensation d’être inutile et que rien ne change, quoi que l’on fasse, suggère Kristin Bianchi. Pour lutter contre ce sentiment, il est important d’organiser des activités qui apportent du plaisir, donnent l’impression de contrôler les choses ou d’être efficace.

« Ça aide à se sentir mieux, et surtout, à rappeler qu’on sait faire des choses et qu’on peut continuer à vivre, même si, pour le moment, on n’a pas de vie professionnelle. On gagne ainsi en résilience.”

Évitez de voir tout en noir. Quand on se sent mal, on oublie parfois de voir le positif, précise notre experte. “Nos patients ont souvent tendance à ignorer les choses qui vont bien et à se concentrer sur les expériences négatives et les déceptions.”

Une méthode très concrète pour combattre cette distorsion de la réalité est de faire l’inventaire de toutes les actions qui nous rendent fiers. ”Ça peut être des choses que vous avez faites de votre propre chef ou des événements agréables”, ajoute Kristin Bianchi. Lorsqu’on vous fait un compliment ou qu’un proche prend de vos nouvelles, vous avez la preuve que vous avez créé une relation qui se porte bien.

Rappelez-vous toutes les bonnes choses qui vous sont arrivées et que vous avez faites, pour “renforcer et conserver une image positive, même en l’absence d’un élément qui participe souvent à nous définir”, conclut-elle.

Cet article, publié sur le HuffPost américain, a été traduit par Maëlle Gouret pour Fast ForWord.

À voir également sur Le HuffPost: Céline Tran : voici comment apaiser votre stress en moins de dix minutes



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.