voilà pourquoi vous ne devriez plus en faire !


Vous avez passé une mauvaise nuit ? N’essayez même pas de rattraper vos heures de sommeil avec une bonne sieste… Des chercheurs ont découvert que dormir la journée peut entraîner des problèmes de santé dont des troubles neurologiques. Explications.

>>> À lire aussi : Voilà ce qui se passe dans votre corps quand vous faites une sieste : au bout de 20, 30, 60 et 90 minutes !

Prendre soin de sa santé en évitant les siestes

Après s’être levé très tôt le matin pour aller au travail ou après avoir passé une très mauvaise nuit, nombre d’entre-nous pensent à faire une petite sieste l’après-midi. Fausse bonne idée pour notre santé d’après des chercheurs de l’université de Rochester. Les scientifiques ont mené une étude publiée dans la revue Nature Communication sur les dangers des siestes.

Ces derniers ont découvert que la perturbation des cycles de veille et de sommeil entraîne des troubles neurologiques. En effet, les siestes augmentent les risques de développer une démence ou la maladie d’Alzheimer. Maiken Nedergaard, auteur principal de l’étude explique que : « Ces résultats suggèrent que les personnes qui comptent sur les siestes de chat pendant la journée pour rattraper leur sommeil, ou qui travaillent la nuit, peuvent être à risque de développer des troubles neurologiques […] Les personnes qui dépendent du sommeil pendant la journée courent un risque beaucoup plus grand de développer la maladie d’Alzheimer et la démence […] ».

>>> À lire aussi : Si vous avez des problèmes pour vous endormir, cette boisson est faite pour vous !

Ce mystère de la santé intéresse les militaires

Par ailleurs, dormir le jour perturbe le système censé nettoyer les toxines du cerveau, relate Sputnik. Les chercheurs ont anesthésié des souris et ont tiré la conclusion suivante : le système glymphatique (évacue les déchets du cerveau) ne fonctionne que pendant leur période de sommeil, soit le jour puisque ce sont des animaux nocturnes.

Cette étude intéresse fortement les militaires puisque l’Army Research Office américain a financé une partie de l’étude. Ces derniers espèrent « développer de futures contre-mesures pour compenser les effets délétères de la privation de sommeil » pour maintenir « leurs performances sur de plus longues périodes sans pouvoir se reposer ».

>>> À lire aussi : Insomniaque ou vraie loutre : quel type de dormeur êtes-vous ?

En savoir plus sur : alzheimer – dormir – étude – sciences – Siestes – sommeil

Publié par Justine le 19 Sep 2020



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.