Huawei perd sa mémoire

[ad_1]

Huawei continue de subir les mesures de restrictions commerciales américaines. Les dernières intentions de sanction contre les fournisseurs étrangers utilisant des technologies américaines et travaillant avec Huawei ont continué à faire du nettoyage. Cette semaine, c’est au tour de Samsung et de SK Hynix à devoir dire stop à leur collaboration, pour la vente de composants pour la mémoire des smartphones.

Huawei perd donc sa mémoire. Le 15 septembre prochain, sans licence dérogatoire, les fournisseurs sud-coréens arrêteront de fournir Huawei en composant de mémoire interne. La dernière annonce du mois d’août à Washington allait déjà dans ce sens. Désormais, le plus grand fournisseur de semi-conducteur de mémoire Samsung ne travaillera plus avec la firme chinoise, tout comme SK Hynix.

C’est un troisième coup dur. Huawei avait d’abord commencé par essuyer son interdiction de travailler avec Android en 2019, et dira très bientôt adieu aux processeurs Kirin produits par TSMC (information confirmée au mois de juillet dernier). Pour la suite, Huawei viserai peut-être bien MediaTek (qui travaille avec Xiaomi) pour ses processeurs. Mais du côté de la mémoire, aucune information n’est encore claire.

Qualcomm veut vendre à Huawei

De moins en moins d’options se présentent à Huawei. D’ailleurs, ses projections ne sont pas bonnes pour l’année prochaine. D’après une rumeur, Huawei ne pourrait produire que 50 millions de smartphones en 2021, soit une baisse de 74 % de sa production.

Mais certains fournisseurs américains commencent à critiquer la politique de la Maison-Blanche. Qualcomm, le plus grand fournisseur de processeurs au monde, avait fait du lobbying auprès de l’Administration Trump pour une levée des restrictions et un retour des accords de vente entre Qualcomm et Huawei, notamment pour la production de puce 5G pour la marque chinoise, rapportait début août en exclusivité le Wall Street Journal.

Du côté des semi-conducteurs de mémoire, les conséquences pour Samsung devraient être moindres : la marque produit des composants pour la plupart du marché, notamment Apple. En revanche, des conséquences plus délicates pourraient arriver chez SK Hynix, qui comptait en particulier sur Huawei pour acheter ses pièces électroniques.

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.