La Chine estime que le comportement des États-Unis va à l’encontre de l’OMC


Vendredi dernier, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a organisé une réunion privée. Selon les informations obtenues par Reuters, l’OMC aurait évoqué la décision prise par Donald Trump, d’évincer TikTok et WeChat des États-Unis. La Maison-Blanche a utilisé l’argument de la sécurité nationale pour qu’Oracle puisse racheter les activités de TikTok aux États-Unis, à Bytedance. Pourtant, selon l’OMC, cette décision va à l’encontre de plusieurs de ses règles.

L’OMC commence à se mêler du conflit.

Depuis quelques semaines, l’administration Trump met tout en oeuvre pour empêcher les Américains de télécharger ces deux applications. Mais a-t-elle vraiment le droit ? Selon l’OMC pas tellement. Un des responsables de l’Organisation mondiale du commerce a déclaré que les mesures prises par la Maison-Blanche « sont clairement incompatibles avec les règles de l’OMC ». Selon ce responsable qui préfère rester dans l’anonymat, ce type de décision va à l’encontre du système commercial multilatéral.

En parallèle à cela, la délégation chinoise a choisi d’appuyer sur le fait que le gouvernement américain est incapable de présenter des preuves concernant les soi-disant menaces pour la sécurité nationale que représenteraient ces applications. Bytedance et Tencent, les géants cachés derrière TikTok et WeChat, ont toujours nié entretenir des relations douteuses avec Pékin.

De leur côté, les États-Unis campent sur leur position en continuant d’utiliser cet argument de sécurité nationale. Le gouvernement Trump reste convaincu que Pékin utilise les données récoltées par ces applications pour surveiller les utilisateurs américains.

En ce qui concerne le verdict de l’OMC, il n’a pas encore été prononcé. Pour le moment, les propos tenus par la Chine ne servent à rien pour lutter contre la décision de Washington. Seule une plainte auprès de l’OMC pourrait faire avancer la situation, et mettre à mal les décisions américaines. Pour le moment, le gouvernement chinois préfère régler ses conflits sans l’aide de l’OMC, puisque Pékin s’apprête à ouvrir une enquête antitrust à l’encontre de Google. Une de plus pour la firme de Mountain View.



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.