La France et les Pays-Bas invitent l’Europe à encadrer davantage les GAFA


Main dans la main, la France et les Pays-Bas sont allés voir leurs voisins de l’Union européenne pour leur proposer de mettre en place une autorité commune qui aurait pour mission de régulariser les grands groupes de la tech. Sans citer de noms précis, on peut facilement deviner que les GAFA sont dans le viseur.

Cette entente franco-néerlandaise explique que ce projet à pour objectif de limiter les comportements anticoncurrentiels bien trop fréquents dans ce secteur. Cédric O, notre secrétaire d’État au numérique en dit davantage : « Notre ambition commune est de mettre en place un cadre pour superviser l’empreinte économique de ces acteurs sur l’économie européenne, et être capables de les forcer à s’ouvrir ».

Laisser plus de choix aux consommateurs.

Côté Pays-Bas, c’est Mona Keijzer, Secrétaire d’État à l’économie et à la politique climatique, qui soutient principalement ce projet. Selon elle, des entreprises comme Google, Amazon, ou Facebook (pour ne citer qu’eux) peuvent empêcher de nouveaux acteurs à se lancer sur divers marchés déjà dominés. De ce fait, les consommateurs et entrepreneurs sont limités dans leurs choix et doivent suivre la manière de fonctionner de ces géants sans porte de sortie.

Cet accord devrait pousser Margrethe Vestager, Vice-présidente exécutive de la Commission européenne, à en faire davantage pour réguler ces pratiques anticoncurrentielles, tout en ne sombrant pas dans un conflit entre l’UE et les géants du web.

Actuellement, la Commission européenne discute à propos de la mise en place du Digital Services Act, un texte de loi qui pourrait largement pénaliser les GAFA et autres sociétés de ce secteur. Pour le moment, des questions se posent quant à la situation des travailleurs indépendants, de la publicité en ligne, etc., face à ces géants.

La semaine dernière, c’est le Congrès américain qui a proposé une nouvelle régularisation plutôt musclée. La Chambre des représentants est même allée jusqu’à évoquer « un démantèlement des plateformes dominantes ».



Source link

Please follow and like us:

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.