La NASA publie de nouvelles, magnifiques, images du ciel

[ad_1]

Dans une série de clichés publiés par l’agence américaine, la NASA a encore démontré les capacités prodigieuses de ses télescopes spatiaux. Mais ce n’est pas Hubble, le plus connu d’entre eux, qui est à l’honneur aujourd’hui. C’est le télescope Chandra, du nom du prix Nobel de physique 1983, Subrahmanyan Chandrasekhar, qui est à l’origine de ces magnifiques photos. L’astrophysicien indien fut le premier à comprendre le fonctionnement des étoiles à neutrons. Il est également considéré par beaucoup comme l’un des pères de l’idée de supernova. Le télescope spatial spécialisé dans l’étude des supernovae et des étoiles à neutrons porte donc logiquement son nom.

Parmi les clichés publiés aujourd’hui, le télescope a notamment étudié Êta Carinae, un système stellaire très brillant situé à plus de 7500 années-lumière. Dans cette image, il n’y a pas une étoile, mais deux, elles se tournent l’une autour de l’autre ce qui projette beaucoup de matière. Visible uniquement dans l’hémisphère Sud, l’étoile a, un temps, était l’une des plus brillantes du ciel austral, devant Rigel. C’est au cours d’un évènement baptisé « la grande éruption » que l’étoile a atteint son maximum de luminosité, dans les années 1840. Depuis le système est assez prisée des observateurs amateurs.

Eta Carinae pris par la NASA

© NASA/CXC

Des images un peu trop belles pour être vrai

Si les clichés de la NASA sont magnifiques, il est important de rappeler qu’ils ne sont pas le reflet parfait de la réalité. Il serait impossible pour un œil humain d’observer des couleurs aussi nettes et des contrastes aussi marqués. Les images qui ont été prises par le télescope spatial l’ont été sur des temps de pose extrêmement longs et avec une optique à la focale de dix mètres, à titre de comparaison, celle du dernier iPhone est de 52 millimètres.

De plus les images capturées ici l’ont été dans des longueurs d’onde invisibles pour nous. Le télescope Chandra va chercher des images dans l’ultra violet et les rayons X.

Pour bien comprendre, notre œil est pensé pour voir les ondes d’une certaine longueur. Celles qui font partie du champ visible. C’est ainsi qu’une longueur d’onde proche des 520 nanomètres nous paraîtra verte, alors qu’une autre onde, mais de 740 nanomètres sera rouge.

Là, le télescope Chandra peut descendre vers des longueurs d’onde de quelques nanomètres seulement (les rayons X mous). Si ces images ne sont pas visibles à l’œil nu, elles ne sont pas non plus des vues d’artistes et restent scientifiquement exactes.

Un cliché qui se démarque scientifiquement

Sans être le cliché le plus spectaculaire du télescope, il est finalement, le plus intéressant. SN1987 est une supernova, découverte il y a un peu moins de 35 ans, ce cliché de son explosion démontre les premiers instants de la vie d’une étoile, une fois qu’elle a explosé. L’agence américaine ne s’arrête pas là et parle même de l’une des explosions de supernova les plus brillantes de ces derniers siècles.

Découverte lors de son explosion en 1987, elle est aujourd’hui un sujet d’étude très prisée de la communauté scientifique. Son explosion étant extrêmement récente, la formation d’un trou noir, ou dans ce cas, d’une étoile à neutrons n’est qu’au tout début de son processus. Cet évènement, totalement normal dans la vie d’une étoile devrait arriver, dans des conditions bine différentes, à notre Soleil dans plus ou moins 5 milliards d’années.

Supernova SN1987A, pris par la NASA

© NASA/CXC/SAO/PSU

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.