Une étude salue les bienfaits des jeux vidéo sur le bien-être des enfants

[ad_1]

En mai 2019, l’annonce de l’OMS qui a reconnu le trouble du jeu vidéo comme une maladie, a fait beaucoup parler. L’instance internationale pointait du doigt ces comportements problématiques qui font qu’une personne perd le contrôle sur le jeu, ce qui peut entraîner des répercussions dommageables dans sa vie.

Certaines études saluent au contraire les bienfaits des jeux vidéo et c’est justement le cas du rapport rendu par la National Literacy Trust, une organisation britannique qui vise à promouvoir l’alphabétisation. Les chercheurs de cet organisme de bienfaisance ont interrogé 4626 enfants âgés de 11 à 16 ans sur leur pratique des jeux vidéos.

Quand le jeu vidéo devient un médicament

Dans leur grande majorité, les répondants en saluent les bienfaits. Ainsi, 80 % d’entre eux ont déclaré avoir lu des supports se rapportant à un jeu vidéo au cours du mois dernier. Il peut notamment s’agir de livres, ou d’articles. Selon les auteurs, cela contribue à améliorer leurs capacités d’écriture et peut même les inciter à créer leurs propres contenus.

D’ailleurs, 62 % des jeunes interrogés précisent écrire une fois par mois au sujet de leur jeu préféré. Il s’agit souvent de blogs, de fanfictions. Les scientifiques évoquent aussi une « expérience culturelle partagée », qui serait favorable à une meilleure communication des jeunes avec leur entourage, de quoi permettre des liens sociaux renforcés. Cette meilleure communication a donc un effet global très positif pour la santé mentale des joueurs, concluent les chercheurs. Les personnes interrogées ont en effet précisé que jouer leur permet souvent d’échapper au stress.

Pour rappel, en juin dernier, la FDA (Federal and Drug Administration) a reconnu les bienfaits d’un jeu vidéo qui peut désormais être prescrit par les médecins américains. EndeavorRX, qui consiste en une course d’obstacles pour capturer des aliens, est considéré comme un médicament pour les enfants de 8 à 12 ans atteints de trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

[ad_2]

Source link

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.